Publié dans Slice of Life

Slice of Life – écoutez evermore

Par où commencer quand on n’a pas écrit ce genre d’article depuis septembre ? Est-ce que je sais encore comment on fait ? Je regarde quelle caméra ? Il y a toujours des gens dans le public ?

Je dépoussière, j’enlève les toiles d’araignées, et je suis à vous.

Bon, j’exagère, parce que des articles, depuis la rentrée, j’en ai quand même écrit quelques uns. Mais ça faisait un bout de temps qu’on ne s’était pas retrouvé-es en tête-à-tête ! La dernière fois que je vous parlais comme ça, les yeux dans les yeux, j’allais à peine entrer en master ! et là, je viens de valider ma première année ! Au risque de m’étaler, je vais profiter de cet article pour faire le point avec vous. Je suis dans une période de transition, j’ai l’impression de faire un pas de plus vers la vie d’adulte, et j’ai envie d’en garder une trace ici, mais aussi de le partager avec vous. Certain-e-s me suivent depuis que je suis au collège, ce blog grandi avec moi, je grandis avec vous, et je tenais à coucher par écrit ces étapes importantes ici.

J’ai validé ma première année de master (et j’ai bien kiffé !).

Dans mon dernier Slice of Life, je faisais le bilan d’une licence en études japonaises qui ne m’avait laissé quasiment que des mauvais souvenirs et, pour la suite de mes études, je m’étais donc dirigée vers une formation centrée sur les métiers du web avec de la communication digitale, de la programmation, de la gestion de contenus, de la PAO et… du japonais, à petites doses.

Pas déçue du voyage, je me suis trouvée une passion pour la com’ et le marketing digital, j’ai énormément appris, j’ai touché à plein de choses différentes et pris part à toute sortes de projets… C’était une année vraiment enrichissante où j’ai trouvé ma voie ! où j’ai trouvé l’amour ! et où j’étais toujours occupée, parfois débordée, mais toujours avec des choses qui me plaisaient. Bien sûr, il y a eu des hauts et des bas, une organisation digne de l’université française, et on ne peut pas dire que le contenu de la formation ait fait l’unanimité dans ma promo, mais, en ce qui me concerne, je suis satisfaite, épanouie dans mes études, entourée de plein de nouvelles merveilleuses rencontres, et je ne pouvais pas en dire autant l’année dernière, donc je n’en tire que du positif.

Pour ce qui est du japonais, je n’en faisais plus que trois heures et demie par semaine ; ce qui est largement suffisant si vous voulez mon avis, mais ça fait bizarre de ne plus du tout avoir cette langue au centre de mes études après y avoir consacré autant de temps pendant trois ans. Je ne sais pas si j’ai progressé, mais j’ai pu maintenir mon niveau, et, pour l’instant, je n’en demande pas plus.

En ce qui concerne le M2, je vais le faire en EAD (ce qui ne me changera probablement pas trop de cette année où on était de toute façon en distanciel dès les vacances de la Toussaint) et… en alternance ! Parce que oui…

J’ai trouvé une alternance (et c’est dans un love store !).

J’ai eu beaucoup de chance de trouver une alternance très tôt dans l’année et très peu de temps après le début de mes recherches. J’avais à peine envoyé trois candidatures quand je suis tombée sur une offre pour un poste de chargée de communication dans une boutique que je connaissais très bien, avec des missions qui correspondaient exactement à ce que je cherchais et, cerise sur le gâteau, de la vente ! La com’, c’est très bien, j’adore, mais ça implique de passer pas mal de temps derrière un écran et, personnellement, la perspective d’un peu de contact humain me réjouissait. Malgré une lettre de motivation sous forme de story insta qui avait l’air d’avoir fait son petit effet, je n’ai finalement pas reçu de nouvelles. Loin de moi l’idée de forcer, mais je suis directement passée au magasin pour savoir ce qu’il en était ! et j’ai bien fait ! Parce que mon CV s’était perdu parmi d’autres mails. Pas grave. On l’a retrouvé ensemble et, plus tard dans la journée, j’ai été recontactée pour un entretien.

Le jour J, ça se passe super bien, et d’entrée de jeu, on me dit d’ailleurs que je n’ai qu’une seule autre concurrente. Je me donne à fond, j’applique ce que j’ai vu en cours pour préparer un entretien, j’ai même l’occasion de parler d’Otome Street. Moins d’une heure plus tard, je reçois un appel pour me dire que je suis prise. Je n’en revenais pas tant j’avais peu d’espoir que mon premier entretien débouche direct sur une réponse positive… la vie n’est pas aussi facile d’habitude !! mais d’un autre côté, le job était fait pour moi.

Et ce job, c’est donc dans un love store. C’est le terme qu’on emploie maintenant pour parler des sex shops qui se veulent un peu plus modernes dans leurs approches. Ici, on ne se cache pas derrière des rayons étroits et mal éclairés : la sexualité est décomplexée, le plaisir féminin démystifié. On vend sex toys, lingerie, littérature érotique,… l’offre est variée et s’adresse à tous les publics. Ce que j’apprécie tout particulièrement dans celui pour lequel je vais avoir le plaisir de travailler, c’est qu’il met l’accent sur l’inclusivité. L’équipe est d’ailleurs en train de développer un jeu de société érotique qui s’adapte à tous les couples avec des défis non-genrés ; quelque chose qui manque cruellement sur le marché.

Bref, c’est tout ce que je voulais : une entreprise toute jeune encore en plein développement, une petite équipe, un cadre sympathique, un endroit qui partage mes valeurs. J’ai eu quelques coups de chaud au début, parce que le oui définitif dépendait de si oui ou non l’aide à l’embauche mise en place par l’Etat durant la crise sanitaire allait être reconduite ou pas, mais, heureusement, on a su relativement tôt que c’était le cas, donc… en mars, je savais déjà que j’avais une place quelque part à la rentrée. Un vrai luxe, j’en ai conscience.

(Et, bien sûr, c’est toujours cocasse d’annoncer aux gens où je fais mon alternance…)

J’ai passé mon code (et peut-être bientôt le permis ?!).

Qui dit alternance dit aussi quelques sympathiques aides de l’Etat, notamment une aide au permis d’un montant de 500 €. Jusque là, je n’avais jamais envisagé sérieusement de passer mon permis parce que… c’est super cher… et parce que je n’en voyais pas l’utilité. Mais cette aide a tout remis en question ! Déjà, je caressais l’idée depuis un moment parce que j’avais roulé quelques minutes sur un parking et que j’avais trouvé ça fun, et parce que j’avais bien aimé l’épisode où Retsuko se rend à l’auto-école… (comme je vous l’avais dit, je l’envisageais pas sérieusement). Et là, je me suis dit que je n’aurais probablement plus jamais l’opportunité de le passer pour si peu cher, et que même si ça n’allait pas forcément me servir tout de suite, ça allait peut-être dépanner un jour.

L’aide étant rétroactive sur un an, je n’ai pas attendu pour m’inscrire sur Ornikar. Les cours sont top, les prix plus que raisonnables, ça évite de se déplacer en auto-école, on peut faire des séries quand on veut et où on veut et les questions sont très similaires (voire parfois identiques!!) à celles de l’examen. Je n’ai vraiment que du bien à dire de la plateforme : on peut facilement suivre notre progression, nos erreurs nous sont bien expliquées, on a la possibilité de faire des séries sur un thème en particulier,… J’ai trouvé ça presque ludique, et je suis devenue accro!!, je faisais des séries tout le temps ! dans les transports, avant de dormir, entre deux cours… dès que j’avais une minute de libre. Et quand je sortais, c’est comme si le monde entier était devenu un terrain de révision : je m’amusais à reconnaître chaque panneau, chaque marquage au sol, chaque « situation présentant des risques »… Bref, contrairement à ce que j’aurais pu penser il y a quelques années, je ne l’ai pas du tout vécu comme une corvée. J’ai commencé fin mars et j’ai eu mon code à la mi-mai.

Bon, faut pas croire, je l’ai loupé une fois !!! J’étais frustrée et je savais que c’était en partie dû au stress, donc je ne me voyais pas rester trop longtemps sur cet échec : je me suis direct inscrite pour le repasser… deux jours plus tard. Les haters diront que c’était une décision impulsive, risquée, stupide… mais cette fois-là, je l’ai eu, et avec seulement deux fautes (contre sept la première fois). Une bonne chose de faite !!!

Maintenant, j’aimerais bien conduire, mais j’ai été trop prise pour m’y consacrer à fond et j’ai peur que ça soit contre-productif de trop espacer mes heures donc j’attends d’avoir assez de temps pour en faire régulièrement. Objectif permis avant la fin de l’année ? On va essayer, mais je ne me mets pas la pression.

J’ai quitté la cité u (et j’ai un studio !).

Quand j’ai commencé la fac, j’étais comblée par ma petite chambre en résidence universitaire, mais là, ça a vraiment commencé à me peser. J’étais pourtant pas trop mal lotie cette année : chambre bien agencée, deuxième étage, moulures au plafond, parquet au sol… traitement de faveur après 4 ans au CROUS… Mais j’en suis arrivée à un stade où je veux pouvoir recevoir des gens chez moi, y compris la nuit !, où je veux ma propre cuisine, où je veux un peu plus d’espace et où je veux me sentir chez moi. Parce que comme je rendais ma chambre chaque été, je m’installais jamais vraiment, je prenais pas la peine de décorer,… Et là, je savais que j’allais avoir un salaire à la rentrée ! donc je me suis dit que c’était le moment de sauter le pas…

Là encore, j’ai eu beaucoup de chance parce que j’ai pas dû chercher bien plus longtemps que deux semaines. Deux semaines pendant lesquelles je me suis bien sûr pris masse de vents et je suis même tombée sur quelques arnaques, mais j’ai finalement pu faire trois visites, et la troisième, c’était la bonne. C’était déjà mon coup de coeur sur les photos et, par chance, il était tout aussi bien en vrai, j’étais la première à appeler, une des premières à le visiter, et je l’ai eu sans peine.

Il a ses défauts : cinquième sans ascenseur, pas dans un de mes quartiers de prédilection et loyer qui atteint les limites du budget que je m’étais fixé. Ceci étant dit, ça me musclera les cuisses et c’est pas comme si j’avais été habituée au luxe d’avoir un ascenseur avant, il est très proche de mon lieu d’alternance et, en vrai de vrai, quand je vois ce qu’il y a d’autre sur le marché, je pense que je m’en tire pas trop mal au niveau du loyer. En plus, il répond à tous mes critères : calme, assez de place pour un lit double, un lave-linge, un vrai four, une séparation entre la pièce de vie et la cuisine,… y’a même une baignoire ?! Je ne suis pas encore installée, mais j’ai hâte d’y faire mon petit nid.

Je vous cache pas que les mois où je le loue sans toucher de salaire vont être rudes, mais j’aurais eu aucune chance de trouver un truc correct, ou même un truc tout court, si je m’y étais mise fin août, et ça m’arrange quand même pas mal de pouvoir être en ville cet été pour pouvoir commencer à conduire (et accueillir du monde!!).


Maintenant, vous savez tout ! Ca fait déjà un beau petit pavé de texte donc je vous parlerai de films, séries, bouquins et musique une autre fois. De toute façon, s’il y a bien une chose qui n’a pas changé depuis septembre, c’est que je ne jure toujours que par folklore. Et folklore : the long pond studio sessions ! Et evermore ! Et Fearless (Taylor’s Version) ! Vous l’aurez compris, Taylor Swift n’a pas chômé non plus et la soeur de folklore, l’album surprise evermore en décembre dernier, m’a tout autant conquise que son prédécesseur, et les mois ont beau passer, je n’écoute qu’eux, sans jamais m’en lasser. J’ai d’ailleurs du mal à croire que folklore aura bientôt un an !

Alors voilà, j’ai raconté beaucoup de choses, mais s’il faut en retenir une ! une qui m’a accompagnée tout au long de cette année ! c’est bien la sortie de folklore et evermore.


Maintenant que c’est l’été, je vais essayer d’être le plus active possible sur le blog. Malgré le petit miracle qu’a été mon article sur les anime de l’hiver, je suis toujours autant à la ramasse en ce qui concerne les nouveautés, mais j’ai toujours autant d’intérêt pour les otome games et les visual novels en général, donc j’ai quelques reviews qui devraient sortir au fur et à mesure que je vide mon backlog. J’espère donc vous retrouver très bientôt et, en attendant, je vous souhaite un bel été.

Publié dans Slice of Life

Slice of Life – écoutez folklore

Alors qu’on peut maintenant compter sur les dix doigts des mains les jours restants jusqu’à la fin des vacances d’été, je reviens avec un slice of life où je vais, comme le nom l’indique, un peu parler de ce qu’il se passe dans ma vie ! Chose que je n’ai pas vraiment faite la dernière fois… d’une part parce que je revenais d’une longue absence et que j’avais plein de films, séries et chansons à partager avec vous et, d’une autre part, parce que je n’avais pas spécialement envie de parler de moi à un moment où je n’étais pas au top de ma forme et où j’étais encore pleine d’incertitudes quant à mon avenir. Cette fois, Je vais m’étaler un peu plus sur ce qu’il s’est passé dans ma vie ces derniers mois (et sur ce qui m’attend par la suite) mais, avant… mes derniers coups de cœur !

Lire la suite de « Slice of Life – écoutez folklore »
Publié dans Slice of Life

Slice of Life – Re

Comme on se retrouve… Après sept ou huit mois sans article et un an sans Slice of Life, je vous retrouve aujourd’hui pour vous donner des nouvelles, vous raconter ce que j’ai fait pendant cette période de silence radio et pour, je l’espère, relancer un peu Otome Street. Ca n’intéresse pas forcément tout le monde donc je vous propose de commencer par passer en revue toutes les découvertes que j’ai faites depuis ce début d’année et on se quittera en parlant de choses un peu plus barbantes, en l’occurrence ma vie et ce que je compte faire du blog.

FILMS

J’ai commencé l’année avec Le Tombeau des lucioles… ça met tout de suite dans l’ambiance pour 2020. C’était mon deuxième Takahata après Kaguya et une autre bonne surprise de plus. Je m’attendais à quelque chose de très tragique et, de toute façon, dès les premières minutes, on sait à quoi s’attendre pour ce qui est de la fin, et pourtant… je n’étais pas aussi préparée que je le pensais, c’est tout simplement déchirant !!!

J’ai ensuite trouvé le temps d’aller au cinéma pour voir Scandale ; je n’étais pas très renseignée sur le scandale en question et j’y suis surtout allée pour les actrices mais… pas déçue. En gros, ça parle des accusions de harcèlement sexuel contre le patron de la Fox News, une affaire qui remonte à 2016 mais qui est toujours autant d’actualité à l’ère du mouvement #MeToo. Attention cependant à ne pas ériger ces journalistes en icônes féministes : elles restent des employées de la Fox News et prônent les valeurs qui vont avec mais le film a tendance à ne pas trop mettre l’accent dessus. Sinon, il est montre très bien l’injustice et la perversion de ce genre de milieux et c’est très frustrant à regarder mais aussi très important.

Gros coup de cœur pour Dernier train pour Busan, que je voulais voir depuis longtemps sans jamais en avoir eu l’occasion jusqu’à ce que Netflix l’ajoute à son catalogue… La réaction primaire que la plupart des gens auront en lisant le synopsis, c’est d’être dubitatif-ves par rapport au fait que ça soit un film de zombie… pas la tasse de thé de tout le monde… Et j’étais pareil ! Mais les critiques étaient plus qu’élogieuses et Gong Yoo est dans le rôle principal (je m’accroche à tout ce qui me rappelle Goblin…). Après visionnage, je confirme : son succès est mérité. Ce qui est intéressant, c’est que c’est un mélange entre le film de zombies et le huis clos puisque toute l’action se passe à bord d’un train (un train qui va à Busan) (et c’est le dernier), ce qui rajoute encore plus de tension; c’est très bien pensé. On a tout : l’angoisse, l’action, et une bonne grosse dose d’émotion qui fait toute la beauté du film. 

Le jour de sa sortie sur Netflix, telle une vraie fan, j’ai regardé… Miss Americana, le documentaire sur Taylor Swift. J’aurai l’occasion d’en reparler plus tard dans cet article mais je me suis réconciliée avec Taylor Swift au cours de l’année précédente et quand on la suit depuis longtemps, c’est assez intéressant de voir comment elle a vécu ces dernières années (assez mouvementées pour sa carrière), de revoir des images de ses débuts, d’apprendre ce qu’elle traversait à cette époque, et de voir comment elle en est venue à exprimer plus publiquement ses convictions et opinions politiques.

Par la suite, j’ai revu Dernier train pour Busan avec une amie. Comme on avait aussi vu Parasite ensemble, et qu’on avait été toutes retournées par chacun de ces deux films, on s’est dit… pourquoi ne pas se pencher un peu plus sur le cinéma coréen. On a donc regardé un classique de Park Chan-wook, Oldboy. Je considère Mademoiselle comme un de mes films préférés et, comme c’est du même réalisateur, j’y suis allée les yeux fermés, mais finalement… pas convaincue. Y’a de très beaux plans, je lui laisse ça, mais j’ai eu du mal à accrocher et je n’ai été ni surprise ni satisfaite par le dénouement. Pas sûre que ça soit une opinion très populaire mais chacun ses goûts… !

On en arrive à mon ultime coup de cœur : Midsommar. C’est un très bon film d’horreur, qui a relevé le défi d’être angoissant et oppressant sans se reposer sur les jumpscares ou l’obscurité. Il s’inspire du folklore nordique et traite de deuil, de trahison, de mecs nazes et autres joyeusetés. Visuellement, c’est très propre, très bien réalisé, et niveau horreur, il y a quelques passages gores qui peuvent être choquants mais ça repose principalement sur l’ambiance de malaise, l’atmosphère dérangeante et les cris (ça crie beaucoup mais c’est très cathartique). On sait que quelque chose ne va pas, on se doute de quoi, mais on reste surpris-e-s quand les révélations tombent. Et enfin, au-delà de tout ça, c’est un film qui m’a beaucoup parlé, d’autant plus que ce que la situation de Dani faisait pas mal écho à ce que je traversais au même moment et ses réactions à elle m’ont aidé à mieux comprendre les miennes, donc j’attache beaucoup d’importance à ce film (encore une fois : cathartique). 

Après, on a une petite erreur de parcours… j’ai regardé To All The Boys: P.S. I Still Love You et si j’avais plutôt bien aimé le premier qui était… tout à fait correct dans son genre… là c’est plus possible, c’était super mauvais. Rien de cohérent, le mec n’a même plus la même personnalité, le nouveau love interest ne sert à rien et n’a même jamais eu aucune chance (alors quel intérêt ?), on s’ennuie salement et c’est… bête, l’histoire est tout simplement bête. Même en hatewatchant avec une amie, c’était pas fun.

Heureusement, après cette déception… un autre Takahata et un autre coup de cœur : Souvenirs goutte à goutte. J’ai cru comprendre que tout le monde n’en était pas fan et je doute que beaucoup le citent comme leur Ghibli préféré mais il est si simple et en même temps tellement charmant, je ne comprends pas comment on peut ne pas aimer !!! C’est juste l’histoire d’une jeune femme qui approche de la trentaine et qui n’en a que faire de se marier : ce qu’elle veut, depuis toujours, c’est aller à la campagne, travailler dans les champs etc…. Donc elle le fait ! Et tout au long de ce séjour, elle se revoit, petite. Elle se remémore avec nostalgie plein d’épisodes de son enfance, des scènes très simples mais poétiques, parfois mignonnes et parfois un peu dures, dans lesquelles on est susceptibles de se retrouver. Trop, trop beau !?

J’ai d’ailleurs profité de l’arrivée de tous les Ghibli sur Netflix pour me faire un petit marathon des films que je n’avais jamais vu ou dont je ne me souvenais plus. J’ai donc enchaîné avec Je peux entendre l’océan (dans le même genre, bien aimé aussi), Mes voisins les Yamada (moins accroché même si c’est très beau), le Royaume des Chats (vraiment pas aussi passionnant que dans mes souvenirs et pourtant je l’adorais quand j’étais petite…), Si tu tends l’oreille (un des meilleurs), Porco Rosso (super film mais pas parmi mes favoris) et Pompoko (bonne surprise mais pas nécessairement ce que je préfère non plus). Encore quelques uns à regarder et je pourrai dire que je les ai tous vus !

Après tout ça, j’ai vu La Reine des Neiges 2… Et j’étais ouverte d’esprit en le commençant parce que je n’ai vraiment (mais alors vraiment pas du tout!!!) accroché au premier mais j’avoue que, en se fiant aux bandes-annonces, la suite avait l’air pas mal ; de toute façon, il faut goûter avant de dire je n’aime pas. Verdict… Quelques scènes étaient à la hauteur de mes attentes, à savoir… toutes les scènes d’action où Elsa est solo. Elles sont superbes, très impressionnantes. Le reste, désolée, c’est pas de la mauvaise foi, mais c’est vraiment pas bon ! Les personnages sont insupportables, lourdingues, pas drôles, y’a plein de scènes super chiantes, les nouveaux personnages ne sont pas du tout exploités, on les voit à peine!, et même visuellement, y’a des décors pas du tout intéressants alors qu’on voit bien que le film a le budget et sait faire de belles choses… Je comprends qu’on puisse aimer mais je ne comprendrais jamais qu’on puisse tout aimer au point d’en faire son film préféré.

Enfin, j’ai eu l’occasion de voir Battle Royale, le OG des survival games, et j’ai passé un super moment devant mais tout le monde l’a déjà vu et j’ai l’impression de ne rien avoir d’intelligent à dire dessus… Contente d’avoir pu le barrer de ma liste. 

SERIES

Pour ce qui est des séries, j’ai commencé l’année en regardant la deuxième partie de la sixième et dernière saison de Bojack Horseman. C’est plus tout à fait ce que c’était ; j’avais déjà moins aimé la saison précédente et celle-ci est dans sa lignée… C’est pourquoi, même si cette série va me manquer et que je trouve que dans l’ensemble elle est excellente!!!, je suis contente que ça se termine. La fin n’était pas des plus satisfaisantes mais la toute dernière scène était tellement forte et belle que je suis contente que ça se soit terminé, et surtout, que ça soit terminé sur ça. 

Ensuite, après des mois et des mois sans regarder d’anime (ce qui explique, en partie, le désert qu’est devenu ce blog), j’ai eu envie de me mettre à fond dans une série, et j’ai choisi Carole & Tuesday qui, a priori, avait tout pour me plaire. Finalement… si je ne peux pas dire que j’ai été déçue, je ne peux pas non plus dire que j’ai adoré… Y’avait quelques longueurs, il se passait pas toujours des trucs grandioses et des fois je décrochais un peu et peinais à avancer. Mais c’est pas mal du tout, c’est joli, les personnages sont chouettes, la musique est excellente, et le message est beau bien qu’un peu niais (ils ont essayé de faire un truc politique un peu trop superficiel pour que ça soit efficace mais les intentions étaient bonnes…). 

A peu près au même moment, j’ai aussi regardé Followers, quasiment d’une traite tellement c’était bien… C’est par la réalisatrice et photographe Mika Ninagawa ; elle est derrière Helter Skelter, que vous connaissez peut-être, et l’adaptation du manga Sakuran, dont j’ai parlé il y a quelques temps. Elle a un univers très coloré et over the top dont je suis fan et que j’ai adoré retrouvé dans Followers ! D’un coté, on a Natsume, une jeune fille qui voudrait devenir actrice mais qui peine à décrocher des rôles et arrondit ses fins de mois en étant livreuse pour UberEats, et de l’autre, on a Rimi, une photographe dont la réputation n’est plus à faire mais qui, en plus de sa carrière, aimerait aussi avoir un enfant, enfant qu’elle élèverait seule, à défaut d’avoir un compagnon. Deux femmes que rien n’amenait à se rencontrer mais dont les destins vont malgré tout se croiser.

En plus de l’esthétique (qui, j’ai l’impression, ne fait pas l’unanimité…), les personnages sont la grande force de la série et permettent d’explorer plein de thèmes aussi intéressants qu’importants mais aussi souvent considérés comme tabous. Au-delà du caractère éphémère, superficiel et, par extension, dangereux de la popularité sur les réseaux sociaux (le thème de la série), on parle aussi d’homosexualité, de cancer du sein, de fausses couches, et aussi et surtout de femmes ambitieuses, qui tiennent à leur carrière, ne veulent pas se marier, et n’ont que faire des jugements sur leur mode de vie. Je ne peux pas lui rendre justice avec seulement un petit paragraphe mais en ce qui me concerne, c’est un gros coup de cœur avec d’inspirants et émouvants portraits de femmes, et sûrement aussi quelques défauts mais qui sont largement éclipsés par toutes ses qualités.

Followers | Site officiel de Netflix
La dream team ! j’adore ces moments.

Retour aux anime ; j’ai regardé la dernière série de Yuasa que j’aurais aimé suivre pendant sa diffusion mais les temps étaient durs… C’est donc avec un peu de retard que je me suis lancée dans Keep Your Hands Off Eizouken! et, comme prévu, j’ai adoré ! Super intéressant visuellement : les épisodes ont presque toujours un passage « storyboard » où les idées des personnages prennent vie, l’univers est original et bourré de détails et le chara-design est franchement rafraîchissant. L’histoire s’articule autour de trois lycéennes qui se réunissent pour créer un anime : Asakusa est la réalisatrice, Mizusaki l’animatrice, et Nakamori endosse le rôle de productrice. Elles sont rigolotes, un peu bizarres, débordantes d’imagination et d’énergie… c’est un cast très agréable à suivre, et je trouve ça inspire et ça motive de voir des talents se compléter pour mener à bien des projets toujours un peu plus ambitieux. 

Lire la suite de « Slice of Life – Re »
Publié dans Slice of Life

Slice of Life – Le blog a quatre ans ! depuis quelques mois maintenant.

Hé oui, c’est dans l’indifférence générale (la mienne y comprise) que le blog a soufflé sa quatrième bougie. Je vais vous dire la vérité : je ne l’ai même pas vu venir parce que j’avais tout simplement oublié la date. J’étais persuadée que c’était le 1er avril, et, raté, c’était la date de création de mon ancien blog, et ça, je m’en suis rendue compte seulement quand j’ai reçu une notification de WordPress le 2 février pour me signaler que ça y est, ça faisait 4 ans. Joyeux anniversaire en retard Otome Street, désolée de te négliger au point d’oublier ton anniversaire !

Pour l’occasion, je me suis dit qu’il fallait au moins relooker le blog ! Ce n’était pas facile, j’ai eu du mal à faire le deuil de mon ancien thème, qui correspondait tellement à ce que je voulais !! Au fond de moi, je savais qu’il avait fait son temps, que je devais passer à autre chose, et on m’a encouragée à plusieurs reprises à en changer… j’ai même fait quelques tentatives… mais j’étais convaincue qu’aucun autre thème ne pouvait lui arriver à la cheville et j’ai à chaque fois rapidement fait marche arrière. Jusqu’à… ce mois d’avril, où j’étais en pleine période de révisions pour les partiels et où j’ai vraiment appris et compris la définition du mot procrastination. Cette fois-ci, ça y est, j’étais déterminée à ce que ce blog quasi à l’abandon fasse peau neuve. C’était la seule façon de le faire renaître de ses cendres ! Et ce que vous avez sous les yeux est donc le nouveau look, pour une nouvelle vie, d’Otome Street. Qu’est-ce que vous en pensez ? En ce qui me concerne, je suis finalement assez contente du résultat ; je suis juste un peu embêtée par la taille du texte, plus petit que ce que j’avais avant, et j’espère que ça n’en reste pas moins lisible pour vous.

peach2
Crush du mois de févier : Peach Sallinger (Shay Mitchell), You

En tout cas, ça m’a vraiment remotivée à écrire ici, j’ai l’impression d’avoir un nouveau blog et j’ai envie de le remplir de plein de nouveaux articles !! J’en ai déjà posté un nouveau il y a quelques jours, et quel plaisir c’était ! Je ne sais pas ce qui m’attend l’année prochaine en termes de cours / charge de travail, mais je tiens à redevenir active ici ne serait-ce que pour la durée de ces vacances d’été.

Pour accompagner mon retentissant come back, j’essaie aussi de faire un peu de ménage. J’ai déjà supprimé quelques articles, ceux que je jugeais vraiment sans intérêt, et pour l’instant, je garde encore ceux avec lesquels je ne suis plus forcement d’accord trois voire quatre ans plus tard mais qui malgré tout montrent mon évolution (et/ou attirent encore des visites, lol ! ce qui n’est pas négligeable… j’espère toujours que les gens qui tombent par hasard sur mon fameux article sur les weeaboos sont assez curieux-euses pour aller lire d’autres articles, plus récents et peut-être même plus intéressants).

J’hésite à en récrire certains, à en supprimer d’autres…  je verrai, je prendrai le temps de faire un ménage de printemps intensif sous peu. Parce que, par exemple, ça me dérange un peu d’avoir autant d’otome news et de slice of life pas forcément des plus transcendants mais qui prennent autant de place sur le blog !! je ne sais pas encore quoi en faire, mais c’est très probable que je finisse par me résigner et que je les laisse là où ils sont.

98736
Crush du mois de mars : Cyrus Tistella, Steam Prison

On verra ! J’ai le temps de m’en occuper, je n’ai plus que ça à faire maintenant que j’en ai officiellement fini avec cette deuxième année de fac. Elle aura été rude ! Et je pense m’en être assez plaint dans le peu d’articles que j’ai écrit durant l’année donc je ne vais pas m’étendre sur le sujet, mais voilà, il faut quand même mentionner que c’est fini, et même si je ne sais pas si je peux dire que j’en suis ~ressortie plus forte~, c’est à présent derrière moi et c’est ce qui compte.

Pas complètement derrière moi non plus parce que j’attends toujours des résultats et il n’a encore été inscrit nulle part noir sur blanc que mon année a été validée, mais je me considère d’ors et déjà libre.

Comparé à la L1, j’ai beaucoup moins bien vécu cette année de fac, et ce n’est même pas tant à cause de la charge de travail bien plus conséquente ou le niveau de difficulté qui a inévitablement augmenté, mais plutôt à cause de toutes les complications qu’il y a eu autour, autant dans le cadre de l’université que dans ma vie personnelle, qui ne m’ont vraiment pas facilité la tâche… Il n’empêche qu’au niveau de mes notes, je ne m’en sors pas trop mal, je ne vais pas avoir besoin de revivre ça une deuxième fois, et malgré tout, il y a eu de bons moments, je suis sortie plusieurs fois de ma zone de confort et je l’ai rarement regretté, et même si j’ai certes fait face à des difficultés, je les ai mieux géré que je ne l’aurais fait il y a quelques années et j’ai limité les dégâts, donc, conclusion : peut-être que tout n’était pas à jeter.

_f02fa192-9b17-11e8-86f4-8f26f26dd985
Crus du mois d’avril : Carol Danvers (Brie Larson), Captain Marvel

Quoi qu’il en soit, j’avais promis de ne pas m’étendre et même si ça me fait du bien d’écrire certaines choses, j’imagine que ce n’est pas forcément intéressant à lire, donc concentrons-nous plutôt sur ce qui m’a marquée depuis mon dernier Slice of Life qui… date déjà de janvier ! On va appeler ce segment…

Lire la suite de « Slice of Life – Le blog a quatre ans ! depuis quelques mois maintenant. »

Publié dans Slice of Life

Slice of Life – 20gayteen

Image associée

Je n’aime pas beaucoup poster deux Slice of Life à la suite, ça me force à voir la dure réalité en face, à assumer que je n’ai rien posté d’autre en un mois. Un peu plus même, puisque d’habitude, on se retrouve le 1er de chaque mois mais là on est le… 24. Mais hé, au moins je suis là, et je suis même étonnée de réussir à re-poster quelque chose aussi rapidement parce que ces derniers temps, c’est tout juste si je me trouve un créneau pour aller sur Twitter.

La raison à cela, je pense que vous l’aurez deviné, c’est bien sûr la fac. L’année dernière, mon blog en avait déjà pâti, et ce n’est pas maintenant que je suis en deuxième année que ça va s’arranger. Même si j’avais le temps d’écrire, je ne saurais pas sur quoi ! puisque c’est bien simple, en dehors de la fac, je ne fais plus grand chose… et si en L1, je consacrais tout mon temps à mes études avec plaisir, je ne vous cache pas qu’aujourd’hui, je sature quand même un peu.

En effet, cette deuxième année est très intense, et en seulement deux mois et demi, j’ai l’impression d’avoir accumulé la fatigue d’une année entière de L1. Je ne fais que traduire des textes du matin au soir, je n’ai même pas l’impression de progresser, l’organisation de la fac ne fait que de nous mettre des bâtons dans les roues (tellement que je commence à croire que c’est du fait exprès pour nous décourager #théorie du complot), et je ne peux encore m’estimer heureuse d’avoir des amies avec qui on a établi des stratégies d’entraide pour réduire le travail, parce que sinon, je pense que, comme la plupart de mes camarades, j’aurais déjà DROP OUT.

Je dramatise, je n’ai pas encore pensé à tout claquer et à me réorienter, parce que malgré tout, mes études me plaisent, et je ne me verrais pas faire autre chose. Et mes premières notes, bien qu’elles me rajoutent une pression supplémentaire parce que j’ai l’impression de ne pas les mériter et que je me sens incapable de réussir à produire les mêmes résultats fin décembre, me rassurent un peu.

En plus, même si je suis souvent triste et stressée (je pleure tout le temps et j’ai recommencé à me ronger les ongles), croyez-le ou non, tout va bien dans ma vie. La pression et le travail font que je suis un peu au bout du rouleau, mais je sais que ce n’est que temporaire, un mauvais moment à passer, avec un diplôme au bout, donc je serre les dents, je fais de mon mieux, et je m’accroche à la possibilité que ça ira peut-être mieux au semestre suivant, ou au moins l’année prochaine.

Et bien sûr, je me sens toujours aussi chance de pouvoir faire quelque chose qui me plait, dans une aussi belle ville, et en bonne compagnie. Etre ici m’a permis de rencontrer des gens avec qui je peux maintenant partir au Japon…!

Parce que oui, c’est officiel, ça y est, je peux vous le dire : je repars au Japon et pas plus tard que l’année prochaine. Je sais que je viens à peine d’en revenir, et moi non plus je ne suis pas sûre que ça soit une décision très judicieuse vis à vis de mon compte en banque, mais c’était plus fort que moi. Et vous l’aurez compris, je pars cette fois-ci avec deux de mes amies, ce qui en fera donc mon premier voyage seule, ou disons voir sans l’un de mes parents. Et très très loin qui plus est ! J’ai encore un peu de mal à réaliser que ça va vraiment se faire, on en parlait depuis un moment sans être sûres que chacune d’entre nous allait pouvoir se permettre un tel voyage, et voilà que les billets sont pris et les appartements réservés. Et le départ est dans moins d’un an ! Incroyable.

Pour cette raison, j’ai finalement fait une croix sur le concert de Jessi, dont je vous parlais dans mon précédent article. J’espère vraiment qu’elle reviendra en Europe, mais en attendant, je suis allée voir Hayley Kiyoko le 28 octobre. C’était le feu !!!

img_8368

Je crois bien qu’elle a chanté toutes les chansons d’Expectations, et bien sûr quelques singles de ses EP comme Gravel to the Tempo, Cliff’s Edge, This Side of Paradise, et l’emblématique Girls like Girls.

Elle avait une telle énergie sur scène… l’ambiance était top ! On voyait qu’elle était heureuse d’être là, sa bonne humeur était contagieuse, et elle a partagé plein de messages positifs avec son public. On en ressort plus gai que jamais.

En plus, j’étais en la très bonne compagnie de Marina, qui sait comment s’ambiancer… (encore merci à elle pour son hospitalité et le fantastique make-up look qu’elle m’a fait !). On est arrivées un peu tard par rapport à l’ouverture des portes, donc la fosse était déjà bondée, et pour espérer voir quelque chose, on s’est résignée à se poster dans le fond de la salle, près du bar. On n’a donc pas pu lancer nos soutifs sur scène, mais on était un peu en hauteur et pile face à la scène !

bianca
Crush du mois d’octobre – Bianca, Spyro: Year of the Dragon

Sinon… en ce mois de novembre, j’ai aussi fêté mes 20 ans. J’ai la chance d’avoir une amie qui m’a offert Spyro: The Reignited Trilogy. Ca fait une semaine et je ne suis toujours pas remise, je ne pensais pas pouvoir me l’acheter avant des mois alors… je ne serais jamais assez reconnaissante… ! Bien sûr, je n’ai pas beaucoup le temps d’y jouer, et je ne rentre de toute façon plus tellement chez moi, mais le week-end de mon anniversaire, j’ai quand même réussi à finir, bien que pas à 100%, le premier opus. Un vrai bonheur !! Si le temps me le permet, et que ça vous intéresse, j’envisage d’en faire un article quand j’aurai fini les autres jeux…

En parlant d’articles ! Cet automne mais aussi cet été, j’ai l’impression d’avoir brisé une tradition en ne faisait pas de « premières impressions des anime de la saison », chose que je faisais chaque saison sans exception depuis mon tout premier blog en 2011… ! Mais je n’ai même plus le temps de suivre les nouvelles sorties en temps et en heure, et sans exagération aucune, ça me brise un peu le coeur !! Pour compenser, peut-être que je ferai un classement de mes « anime de l’année »…

Avant ça, et d’autres articles un peu plus laborieux à rédiger (comme… la liste des films que j’ai regardé l’été dernier que je promets depuis des mois), je vais peut-être essayer de sortir une playlist vite fait bien fait, un de ces jours.

Mais pour le moment, je pense vous avoir dit tout ce que je voulais vous dire ! J’espère que tout se passe bien pour vous. N’hésitez pas à me raconter ce qu’il se passe dans vos vis en ce moment !!! A bientôt, j’espère !

Publié dans Slice of Life

Slice of Life – Ce qui occupe mon esprit en ce moment…

Voilà un moment que je voulais écrire un article sur tout ce qui avait accompagné mes vacances et que je n’avais pas forcément pu mentionner dans mes articles sur le Japon. Je voulais le faire à la fin du mois d’août, mais la rentrée est arrivée et m’a mis des bâtons dans les roues… je profite d’un de mes rares moments de répit pour vous parler de « ce qui occupe mon esprit en ce moment », ce à quoi je pense jour et nuit, du mois d’août jusqu’à aujourd’hui !

LOONA

Je pense constamment à LOONA ! J’en ai parlé y’a quelques temps déjà, mais depuis, elles ont débuté ! Les 12 membres ont été révélées au fur et à mesure et ont chacune sorti une chanson solo avant de faire leurs débuts en groupe. Même si je ne les suis pas depuis très longtemps mais je me suis attachée très vite, et je voyais la sortie de leur premier single ensemble comme un moment historique ! Et je suis tellement dans ma bulle LOONA que parfois j’oublie que ce n’est pas (encore) un des plus gros groupes de k-pop, mais elles ont tout pour le devenir, et pour que ce moment arrive le plus vite possible, je vous encourage à écouter ce qu’elles font !

Leur musique a vraiment rythme mon voyage ; leur premier single, favOriTe, a été posté quasiment en même temps que j’atterrissais au Japon, et leur album, [+ +], accompagné du clip pour Hi High, que vous ALLEZ écouter ci-dessus, est sorti une heure avant mon vol retour ! Depuis, je ne me lasse pas d’en regarder les versions lives sur les plateaux de télé coréens, et les nouveaux épisodes de LOONA TV ne cesse de me donner le sourire. Parfois, après une longue journée, je regarde une vidéo où elles apparaissent et je sanglote tant je suis émue qu’elles EXISTENT. Elles sont mon rayon de soleil cette année.

Banana Fish

Je me suis rendue compte que, comme, cet été, pour la première fois depuis que j’ai commencé à tenir des blogs en 2011, je n’avais PAS écrit de « premières impressions des anime de la saison », je n’avais encore JAMAIS eu l’occasion de Banana Fish ! Pourtant, c’est en train de devenir l’un de mes anime préférés… et c’est d’ailleurs le seul que j’ai suivi cet été, avec Free!, bien sûr.

Et si je me suis penchée sur Banana Fish, à la base, c’était justement parce que sa réalisatrice, Hiroko Utsumi, est aussi à l’origine de la première saison de Free! ! Alors j’étais curieuse, d’autant plus que l’anime est produit par MAPPA, qui juste avant ça, a sorti Yuri!!! on Ice qui est… aussi, un de mes anime préférés.

En dehors de ça, je ne connaissais rien de Banana Fish (qui pourtant est un classique, je sais). J’aimerais dire que c’était une agréable surprise, mais… même si l’histoire est excellente, « agréable » n’est pas le premier mot qui me vient à l’esprit quand je pense à Banana Fish, soyons honnêtes. Je ne suis toujours pas remise des épisodes 9 et 10… Ca me met vraiment dans tous mes états de regarder cet anime, mais même si son univers est sombre, et cruel, la relation entre Ash et Eiji est tellement tendre qu’à chaque fois que j’y pense, ça me réchauffe un peu le cœur. Les illustrations des magazines sont très trompeuses mais elles me remontent le moral.

lis-oeuf-1

Kang Yi-Na et Yung Ye-Eun

Rappelez-vous… quand je vous ai parlé d’Age of Youth, je vous disais que l’alchimie entre Yi-Na et Ye-Eun faisait de l’ombre à tous les autres couples de la série… et je ne m’étais pas étalée sur la question, mais il faut bien que vous vous rendiez compte que quand je regardais ce drama, j’étais OBSÉDÉE par ce pairing.

Résultat de recherche d'images pour "age of youth yuri goggles"
Crush du mois d’août: Kang Yi-Na (Ryu Hwayoung), Age of Youth

Résultat de recherche d'images pour "age of youth yuri goggles"

Là, je pensais en être remise… ça fait presque deux mois… mais je ne peux pas me les sortir de la tête, et récemment, j’ai appris qu’une de mes amies avait aussi regardé Age of Youth, et que son personnage préféré n’était autre que Yi-Na, et pfouah, en parler avec quelqu’un ça m’a relancée. Elles étaient toujours dans un coin de ma tête, mais là, je suis repartie, j’y pense de nouveau tout le temps, elles me manquent trop, et y’a si peu de contenu autour !!!

Résultat de recherche d'images pour "age of youth i'm her lover"

Toujours pas remise de cette scène iconique !!!

13 Reasons Why

Résultat de recherche d'images pour "alisha boe 13 reasons why season 2 poster"

Alors, alors, comment vous expliquer… comment j’en suis arrivée là… C’est une longue histoire mais disons que via le fandom de Riverdale, j’ai fait la connaissance d’Alisha Boe. Coup de cœur, mais c’était purement physique; je ne l’avais jamais vue jouer, et pendant un moment, je ne connaissais même pas son prénom. Donc crush très superficiel, mais un beau jour j’ai finalement appris qui c’était et j’ai réalisé qu’elle avait un des rôles principales dans la fameuse série 13 Reasons Why ! Je ne dis jamais non à un teen drama mais celui-ci n’a pas très bonne réputation et je comptais m’en tenir éloignée. …

… J’ai résisté seulement quelques jours avant de lancer le premier épisode (dans lequel il n’y avait même pas Alisha !!!). J’avais tout vu et tout entendu de cette série, mais à ma grande surprise, c’était encore pire que ce que j’imaginais. Tellement mauvais, dangereux, mal écrit,… même moi qui adore hate-watch des conneries comme ça, j’ai trouvé que ça allait trop loin.

Après, loin de moi l’idée de lui faire de la pub, mais le fait est que j’ai quand même terminé les deux saisons, et compte regarder la troisième. Au fond, c’est divertissant, et je pense que je pourrais tolérer la série si elle ne se prenait pas autant au sérieux et prétendait être « préventive » alors qu’elle est… irresponsable dans ce qu’elle montre, et dans le message qu’elle véhicule.

PS : le personnage d’Alisha Boe n’est même pas bon.

Spyro Reignited Trilogy

Et Bianca en fait, c’est à Bianca que je pense constamment.

Au début de cette année, Activision a annoncé un remaster de la trilogie Spyro, et j’étais au comble de la joie puisque c’est un de mes jeux vidéos préférés (et un de tous premiers auxquels j’aie joué), mais presque plus que le jeu en lui-même, ce que j’attendais avec impatience, c’était le nouveau character design de Bianca, un de mes personnages préférés toutes franchises confondues.

L’attente aura été insoutenable mais elle a finalement été révélée ce mois-ci et elle est PARFAITE. Une grande victoire pour les furries. Surtout que je commençais à craindre le pire, n’ayant pas été convaincue par les nouveaux designs de Chasseur et Elora. Mais je n’avais pas de souci à me faire… elle est encore mieux que je me l’imaginais.

Mais maintenant j’y pense encore plus: j’ai hâte de l’entendre parler, de la voir dans une bande-annonce, et plus que tout, de jouer à Spyro 3: Year of the Dragon, version remastérisée !!

IsuGou/GouSuzu/Isuzu et Gou

image2

Pas sûre qu’il y ait un nom de ship officiel… mais vous savez très bien de qui je parle.

Donc là, je fais un truc que je fais beaucoup : je vois deux personnages féminins avoir deux minutes tout au plus de screentime ensemble et je fais une fixette dessus. Dans Age of Youth,  dont j’ai parlé plus haut, l’alchimie et l’ambiguïté de la relation entre Yi-Na et Ye-Eun est indéniable, et elle est quand même importante dans l’histoire, mais là… Gou et la sœur Mikoshiba ont eu deux interactions à la toute fin de la saison… mais quand on n’a rien de mieux à se mettre sous la dent… c’est déjà beaucoup.

Je vais un peu radoter par rapport à ma review du dernier épisode que j’ai postée ce week-end, mais pour celles et ceux qui en l’auraient pas lue, j’y disais donc que même si les personnages féminins n’avaient pas joué un rôle très important dans cette nouvelle saison, hé bien, au moins, ils étaient là. Je suis contente d’avoir eu Ayumu et Isuzu ! J’ai conscience que les gens ne regardent pas Free! pour les personnages féminins, c’est normal, mais du coup, quelle agréable surprise !, je ne m’attendais pas à ce qu’un jour, Free! me serve un ship lesbien sur un plateau d’argent.

Cette scène entre Isuzu et Gou… elle n’aura pas durée bien longtemps mais elle m’aura inspiré des scénarios longs de plusieurs heures donc j’imagine que ça compense.

zTc1SMg

J’espère qu’on verra encore plus d’interactions entre Isuzu et Gou dans la suite ! En attendant, envoyez-moi tous les fan arts de ce ship sur lesquels vous tombez, je vous en serais reconnaissante.

Heavenly Visitor UR

img_7850img_7864

Rapidement, petite timeline :

  • Au bout de seulement quelques mois à jouer à IDOLiSH7, je tire la carte Ryunosuke de la série de cartes Ultra Rares « Heavenly Visitor ». Ces cartes portent bien leur nom parce que dans IDOLiSH7, elles sont tellement, tellement, dures à obtenir ! Normalement, il faut idolizer des cartes avec une quantité d’items tout aussi chiants à obtenir, on peut même pas les avoir via un gacha, mais là, c’était un gacha exceptionnel pour la sortie du single. Bref, le miracle quoi.
  • Peu de temps après, y’a un bug de mémoire sur le jeu, et dans la panique, je lis pas et au lieu de retélécharger mes données, je SUPPRIME ma partie. Et avec ça, je perds mon bien le plus précieux, mon UR.
  • Je refais une partie, je repars de zéro, et j’économise dans l’espoir qu’un jour, IDOLiSH7 fasse ce truc qu’il fait de temps en temps, à savoir une « revival audition » : re-proposer un ancien gacha, en l’occurrence, le gacha Heavenly Visitor.
  • Ce jour arrive finalement le 19 septembre, le « TRIGGER DAY », où pour l’occasion, on pouvait rentrer sa chance pour les trois différentes séries d’UR Trigger. C’est là que notre histoire commence.

J’avais économisé 1200 stellar stones, ce qui équivaut à 12 tirages. Y’avait un discount sur le premier tirage, il n’en coûtait que 50 au lieu de 100. Et là ! premier coup ! je tire l’UR Heavenly Visitor Gaku ?!?!?!? Je n’en revenais pas !!!! Ce jeu est trop bon avec moi… C’est tellement la galère d’avoir des UR dans ce jeu, et j’en ai eu plus que je n’en ai jamais eu dans Love Live!…

On a donc eu là un nouveau miracle, j’aurais pu m’arrêter là, mais j’avais tant économisé POUR l’UR Ryuu que je sentais que je n’allais pas être satisfaite jusqu’à ce que je tire sa carte à lui. Je me disais que c’était IMPOSSIBLE que les chances soient autant en ma faveur… une, c’était déjà inespéré… et au bout de SEPT AUTRES TIRAGES… Ryuu m’a prouvé sa fidélité. C’est incroyable : j’aurais pu retirer Gaku, j’aurais pu tirer Tenn, j’aurais pu ne tirer aucune UR, mais j’ai finalement récupéré mon UR Ryuu. Donc plus aucun regret.

Et pour vous dire à quel point j’ai de la chance : la nuit où j’ai supprimé et re-télécharger le jeu, il y avait le gacha pour les UR Wish Voyage, et du premier coup, j’ai eu une UR Nagi… et là, pendant que j’essayais d’avoir Ryuu, j’ai tiré une SSR Yamato que j’avais déjà et que je peux donc idolizer en une UR, mais il me manque encore beaucoup d’items pour pouvoir le faire, items qui ne s’obtiennent que par le biais d’events, et je n’ai aucun temps à consacrer à ça en ce moment… mais ça ne saurait tarder…

Bref, je suis trop contente, je suis si gâtée. Certain-e-s vont avoir l’impression que j’en fais des TONNES pour rien, mais celles et ceux qui jouent à IDOLiSH7 ou n’importe quel autre jeu avec des gachas CONNAISSENT ce sentiment. Dire que des gens dépensent de l’argent et ne parviennent toujours pas à tirer des UR… je ne sais pas si je mérite cette chance.

Concerts

Image associée

Enfin, je pense de plus en plus au concert d’Hayley Kiyoko qui approche ! Je ne sais pas si j’avais déjà mentionné que j’y allais sur le blog… ? En tout cas, maintenant, c’est chose faite, vous le savez, je vais voir Hayley Kiyoko à la fin du mois. J’ai de nouveau envie de parler de miracle parce que j’ai laissé passer plusieurs autres concerts (Twenty One Pilots, Nicki Minaj,…) en me disant que je préférais économiser et ne pas regretter de ne pas pouvoir aller à un concert auquel je voulais ABSOLUMENT aller, comme, par exemple, celui d’Hayley Kiyoko… mais je ne savais pas à quel point c’était réaliste d’espérer un passage en France… Et voilà qu’elle annonce une tournée européenne ! Je n’ai pas hésité une seule seconde, surtout que les billets n’étaient qu’à une vingtaine d’euros ! Ils sont partis super vite, j’ai eu bien de la chance de pouvoir en prendre deux, un pour moi, et un pour @My_poorLady ! Je vous jure, je ne sais pas qui j’ai le plus hâte de voir entre Hayley et Marina…

Résultat de recherche d'images pour "jessi europe tour"

Mais encore un autre concert occupe mes pensées et c’est celui de Jessi ! Elle, par contre, je n’aurais vraiment JAMAIS imaginé qu’elle vienne en France, et voilà que sa tournée est annoncée même pas deux mois avant les premières dates ! La rumeur dit qu’elle passera à Paris le 23 novembre, mais à l’heure où j’écris, la date n’a pas encore été confirmé par les organisateurs… et ce concert-là, je ne sais pas si ça serait vraiment raisonnable que j’y aille… je ne sais même pas encore les prix ni si j’arriverais encore à trouver un logement aussi tard, mais… je le regretterais toute ma vie si je ne vais pas voir Jessi ! Je suis abonnée à un compte instagram qui poste des vidéos de ses concerts, et à chaque fois je me dis à quel point j’aimerais y être… et là, ça devient POSSIBLE, sauf que Paris, c’est loin et cher.

En espérant que dans mon prochain Slice of Life, je vous dise que j’ai des places pour le concert de Jessi…

La fac

Et enfin, ce à quoi je pense le plus finalement : la fac. J’ai enfin un nouveau pc !!! et je pensais que ça serait l’occasion de dépoussiérer un peu le blog, mais déjà que je n’en avais pas beaucoup le temps l’année dernière, là le rythme est trois fois plus intense en deuxième année donc ça ne sera pas pour tout de suite… Je vous raconterai mes mésaventures à l’occasion !

En attendant, j’espère que cet article vous aura plu, et que vous allez me parler d’Age of Youth, 13 Reasons Why, Banana Fish, IDOLiSH7, LOONA, ou même votre rentrée, dans les commentaires !

Publié dans Slice of Life

Slice of Life – Un mois avant le Japon : GIVEAWAY

On est le premier du mois, et vous savez ce que ça veut dire… je vais raconter ma vie !!!… mais avant ça… le titre de l’article ! Le giveaway !

Celles et ceux qui lisent ce blog depuis longtemps devraient s’en souvenir : il y a deux ans déjà, quand j’étais partie au Japon, j’en avais déjà organisé un. Là, j’y retourne !!! Donc c’est reparti ! et avec le même principe !

  • Vous laissez un commentaire sous cet article pour dire que vous aimeriez vous inscrire*. C’est plus simple de m’y retrouver ici que sur Twitter ou un autre réseau social, et au moins tout le monde peut y participer, mêmes celles et ceux qui n’ont pas Twitter ou qui ont un compte privé. Je me suis donc dit que j’allais profiter d’un Slice of Life pour mettre ça en place, le timing m’arrange, mais vous, vous n’avez pas à vous forcé-e-s à lire le reste de l’article si ça ne vous intéresse pas, ni à le commenter plus que nécessaire, ce n’est pas ce que je recherche.
  • *Laissez bien une adresse mail quand vous remplissez le formulaire pour laisser un commentaire ! Elle ne sera visible que par moi !.
  • Dans un mois, soit le 01/08/2018, je tire un-e gagnant-e au sort. 
  • Je contacte la personne par mail, me renseigne sur ses goûts*, et lui ramènerai un souvenir du Japon, que je lui enverrai à mon retour, fin août. Je préfère faire ça, et ramener quelque chose qui plaira vraiment à la personne tirée au sort, que de mettre en jeu une « récompense » « précise » qui ne plaira pas forcément à tout le monde. *Quand je dis goûts… vu qu’on est entre weebs sur ce blog… j’entends vos goûts en matière d’anime et de manga, mais ça peut aussi être d’autres choses qui se trouvent au Japon…

Si vous avez une question, n’hésitez pas à me la poser en commentaire ! Si tout est bon, on passe à la suite de l’article.

FIN !

La gagnante est : evie

Lire la suite de « Slice of Life – Un mois avant le Japon : GIVEAWAY »

Publié dans Slice of Life

FAQ pour les 3 ans d’Otome Street !

Tout est dans le titre. Ce mois de février a marqué les trois ans d’existence d’Otome Street (joyeux anniversaire !), et comme je ne savais pas trop quoi faire (et quand bien même j’aurais su, je n’avais pas le temps de le faire), je me suis laissée le mois entier pour organiser, rédiger et publier une « foire aux questions ». Pas besoin de vous faire un dessin: vous posez vos questions, et moi, je fais semblant d’avoir quelque chose d’intéressant à répondre.

C’est parti !

Image associée

Commençons par le commencement, et avec l’une des questions qui revenait le plus souvent: « Qu’est-ce qui t’a poussée à commencer un blog ? »

J’ai créé un blog pour la première fois quand j’étais encore à l’école primaire, et je n’ai pas arrêté depuis ! Y’a 10 ans, les gens avaient un blog comme on a aujourd’hui un Twitter, donc j’ai suivi le mouvement et… je ne suis jamais passée à autre chose.

Et ce qui m’a poussée à faire un blog centré sur les anime, c’est que… j’ai justement replongé dans cet univers grâce à la communauté de fans d’anime de la plateforme où je bloguais à l’époque. J’y avais deux/trois amies et c’est ce qui m’a finalement donné envie d’acheter des manga, et découvrir de nouvelles séries animées, alors qu’avant ça j’étais limitée à Détective Conan et Princesse Mononoke. Au début, je parlais de ces nouvelles découvertes sur mon blog « personnel », et au fur et à mesure que cet intérêt pour les anime s’est transformé en passion, j’ai rejoins la communauté qui m’y avait initiée en y consacrant tout mon blog.

On m’a aussi plusieurs fois demandé « Quel est l’article que tu as préféré écrire ? Et celui que tu aimes le moins ? »

Cette année, je suis assez satisfaite de mon article sur le dansou ! Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je pense que c’est l’un de mes meilleurs: le sujet est intéressant, il est assez complet, la mise en page n’est pas dégueu… J’ai aussi pris du plaisir à écrire sur mes manga préférés du collège (qui était particulièrement fun à rédiger puisqu’il m’a permis de retrouver des séries qui m’avaient manqué) et à mettre en place la liste des boutiques otome d’Ikekuburo. Enfin, l’article sur les artistes engagées, parce qu’il me tenait à cœur. Voilà, j’en ai dit plusieurs, j’ai triché !

Par contre, je n’ai pas d’article dont j’ai « honte »; ceux-là sont morts et enterrés sur Skyrock, donc je n’ai pas besoin de m’en inquiéter. Ceci étant dit, y’a quelques articles dont je suis insatisfaite. Les premières ébauches des « otome news », qui étaient un peu bordéliques. Et aussi mes premiers Slice of Life; j’étais pas très inspirée mais dans ma tête, j’avais une sorte d’obligation d’en poster chaque mois sans coupure donc je me suis retrouvée à beaucoup parler pour ne rien dire. Maintenant que je ne m’impose plus cette contrainte, je pense (et j’espère) qu’ils sont un tantinet plus intéressants à lire.

Ca rejoint un peu la question suivante qui est « Quels sont les articles que tu préfères écrire sur ton blog ? »

J’adore faire des reviews d’otome games, elles s’écrivent toutes seules ! Peut-être parce que contrairement aux anime, j’ai moins souvent l’occasion d’en « consommer » donc même si le jeu en question était nul, c’est toujours un grand moment d’excitation que de pouvoir parler d’un nouveau titre.

Mais je crois que par dessus tout, j’aime les articles où je partage mes « découvertes » (comme « RECOMMANDABLE ! »), parce que… après tout, c’est un peu à ça que sert un blog, et comme je parle toujours de plusieurs choses à la fois, j’aime à croire qu’il y en a pour tous les goûts, et c’est des articles qui me font plaisir et dont j’attends toujours impatiemment les retours.

Vous étiez aussi plusieurs à vouloir savoir ceci… « Est-ce que tu as des projets d’articles pour cette année ? »

Je doute que cette année sera celle où je suis la plus productive ici, mais j’ai quand même deux/trois choses que j’aimerais mettre en place.

Je commence avec le concret: je repars au Japon cet été, et je compte refaire un article par jour, ou au moins tous les deux jours. Je vais faire en sorte que ça ne soit pas trop redondant par rapport aux années précédentes !

Aussi… j’ai commencé à apprendre le japonais, et surtout, à lire en japonais (des trucs pas trop long et pas trop compliqués mais quand même!), donc avec ce ~nouveau monde qui s’ouvre à moi~, et j’ai hâte de pouvoir vous parler des nouvelles trouvailles que j’ai pu faire grâce à ça, et éventuellement parler de mon parcours avec l’apprentissage du japonais pendant que j’y suis.

Et enfin, j’aimerais refaire des petites « interviews » comme je l’avais fait avec Dauriculaire pour les otome CDs (voire des articles collaboratifs comme j’en avais déjà fait un, jadis). J’avais beaucoup aimé cet entretien, ça permet d’apporter des nouvelles choses sur le blog, que je n’aurais pas pu apporter seule, et en plus, ça m’a fait travailler mes talents de traductrice…

D’ailleurs, une fois que j’aurai progressé en japonais, j’aimerais bien traduire… des choses… diverses et variées… J’ai toujours aimé la traduction, je le fais déjà de temps en temps de l’anglais au français, mais, restons réalistes, pour le japonais, ça ne sera pas pour cette année. Cela dit, j’espère que dans le futur, je pourrai intégrer ça au blog !

J’ai aussi eu pas mal de « Qu’est-ce qui est le plus dur pour toi dans l’écriture des articles et dans l’entretien de ton blog ? » et dans la même veine « D’où te vient toute cette motivation pour tenir ce blog ? »

Y’a juste à voir la poussière qui s’accumule sur ce blog pour savoir que « trouver du temps » est, de loin, mon plus gros challenge en ce moment. J’en ai déjà un peu parlé dans mon dernier Slice of Life, mais depuis mon entrée à la fac, j’ai d’autres priorités… et c’est la première fois que je fais vraiment passer mon blog au second plan.

Autre difficulté, et celle-ci je la traîne depuis bien plus longtemps encore: c’est trouver de nouvelles idées ! Pour tout ce qui est « review », « news », etc., pas besoin de se casser la tête, mais ça me manque de faire des chroniques sur des sujets plus « libres ». Trop souvent, j’ai envie d’écrire, mais sans savoir sur quoi, et c’est très frustrant.

Malgré tout, je ne me vois pas arrêter mon blog de si tôt. J’ai l’impression que bloguer fait un peu partie intégrante de ma passion pour les anime, ou du moins de comment je la vis. De plus… j’aime l’idée d’avoir un endroit qui rassemble tout ce que j’ai regardé, lu et écouté,… où je peux laisser une trace de chacun de mes voyages etc. Je pourrais aussi faire ça sur Twitter, mais ça se perdrait au milieu de RTs, de conversations,… c’est pas un endroit pour ça, et je préfère de loin avoir un site ordonné, où je peux retrouver les choses facilement, et où je n’ai pas besoin de découper ce que j’ai à dire en une multitude de tweets.

@GalaTruc pose les vraies questions ! « Comment va ton chat ? »

img_23791.jpg

Elle a l’air d’aller bien !

On m’a demandé de parler de mes blogueurs préférés, et je vais profiter de la question de @poyjo pour le faire ! « Un blogueur dont tu voudrais voir plus de billets ? un blogueur qui écrivait bien et qui n’écrit plus ? le blogueur qui te parait le plus sympathique ? le blogueur que tu voudrais rencontrer irl ? le blogueur avec le meilleur twitter ? »

La formulation de la première question me donne l’impression que je vais donner un coup de pression à quelqu’un haha. On va dire que c’est dans le sens « c’est mon blog préféré, donc j’en veux toujours plus » mais la personne poste déjà très régulièrement. Cette personne c’est Gru !, du blog PASSION IDOL. Quand on me demande mes blogs préférés, le sien est l’un des premiers qui me vient en tête. Je n’étais même pas intéressée par les idols à la base mais je pense que c’est justement ça un bon blogueur après tout: c’est quelqu’un qui réussi à transmettre sa passion, même à des gens qui n’y connaissent rien. Gru est très doué pour ça, j’aime beaucoup la façon dont elle écrit, et elle m’a fait découvrir plein de choses.

Quelqu’un qui ne poste plus et qui me manque, c’est Liloun de Pensées & Otome ! Oh, et  c’est aussi la blogueuse que je veux rencontrer IRL (ça tombe bien, c’est au programme). Si son blog est inactif aujourd’hui, c’est pour la bonne cause, c’est pour la science!, elle se consacre à la rédaction de sa thèse, mais si vous ne le connaissiez pas encore, rien ne vous empêche d’aller le lire dès maintenant. Elle parle bien sûr otome game, et elle fait un vrai travail de recherche pour ses articles: on n’en voit des comme ça nulle par ailleurs !!!

La blogueuse la plus sympathique, et qui elle aussi tient un des meilleurs blogs que je connaisse, c’est Rose, de Manga Sukii ! Je suis très reconnaissante pour la façon dont elle m’a accueillie quand je débutais encore, elle a toujours été adorable, pas seulement avec moi mais avec tout le monde, c’est quelqu’un de bienveillant en général, avec de très bons goûts et qui prend plein d’initiatives sympas sur son blog pour rassembler et partager à plusieurs les amateurs et amatrices de manga.

Et celle qui, à mes yeux, le meilleur Twitter, c’est @Good_Haro, bien que bloguer ne soit pas son activité principale… elle parle de médias pour public féminin, ses réflexions sont toujours très intéressantes, et elle a l’œil pour les fan arts.

Sur ce, il faut vraiment que je fasse un blogroll.

Je continue avec les questions de @poyjo ! « Par quoi commences-tu tes articles ? Par quoi les termines-tu ? Considères-tu la relecture comme inévitable, appréciable, dispensable, insupportable ? »

C’est généralement ce par quoi on termine mais… si j’ai pas le titre et l’image d’en-tête, ça me bloque et je n’arrive pas à commencer à écrire. C’est con, mais ça pose un peu le « cadre », et si j’ai pas ce cadre, je ne peux pas me concentrer.

Tout aussi utile: je termine par préparer un joli tweet pour annoncer la sortie de l’article. Je me contenterais bien du tweet automatique envoyé par WordPress mais ça part toujours avec une image de merde… on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Je ferais sans doute mieux de terminer par une RELECTURE, car je fais quasi systématiquement l’impasse dessus (et parfois, ça doit quand même vachement se voir). Au mieux, je survole l’article. Mais j’ai toujours peur que relire me donne envie de tout effacer après m’être inévitablement rendue compte que tout était nul.

« Que penses-tu de ta transition sur WordPress et quelles fonctionnalités attends-tu pour l’avenir ? »

En arrivant sur WordPress… je ne faisais pas ma difficile. Sky »blog » est de toute évidence une plateforme pour bloguer, mais elle est vieille, dépassée et désertée, donc elle n’est plus du tout mise à jour et ne fait pas le poids avec WordPress, qui est plus adapté à la façon dont les gens bloguent aujourd’hui.

Sur Skyrock, tu peux même pas mettre plus de 8 images par article, donc rien que d’être débarrassée de cette limite, c’était énorme ! J’étais aussi ravie d’enfin avoir des « pages » (le « A propos »). Je me contentais, et me contente toujours, de peu.

Après, si on pouvait avoir une fonction « spoilers », ça serait nickel.

Résultat de recherche d'images pour "touken ranbu hyuuga masamune"

« Tu penses changer de thème ou te fier à l’actuel pour encore quelques temps ? »

C’est vrai qu’il se fait vieux, celui-là. J’ai envisagé plusieurs fois de le changer, et je suis toujours à l’affût de nouveaux thèmes, mais pour l’instant, aucun ne me semble à la *hauteur* de celui-ci (qui incarne vraiment bien « l’esprit » du blog, à mes yeux!!). Donc… en changer… oui, forcément, ça va arriver un jour… mais pas dans l’immédiat, je pense. Même l’image d’arrière-plan, je n’arrive pas à me résoudre à la changer.

@melovania_ m’a posé une très bonne question: « Penses-tu avoir évoluée en terme d’article ? Y a-t-il par exemple des propos que tu tenais dans des articles qui sont complètement différents de ce que tu pourrais dire à l’heure actuelle ? De même pour les sujets ? »

Sans aucun doute ! Avant, j’écris des articles sur un peu tout et n’importe quoi, alors que maintenant, je me prends un peu plus la tête sur les sujets et j’essaie de faire un minimum de recherches avant d’aborder un sujet pour que ce que je dise tienne la route.

Sinon, je ne pense pas avoir tenu de propos « problématiques » (dans les trois ans où j’ai écrit sur Otome Street en tout cas), mais y’a clairement des sujets que je traiterais plus à l’heure actuelle, parce que je me rends compte que je ne suis pas la mieux placée pour en parler, que je ne suis tout simplement pas concernée, et… ce genre de choses. Aujourd’hui, j’ai plus tendance à relayer des personnes qui parlent de leur propre expérience.

Et évidemment, j’ai changé d’avis sur certaines choses, certains sujets me paraissent futiles maintenant et je n’aurais plus rien à dire dessus (mon article sur les weeaboos par exemple, qui est pourtant toujours l’un des plus lus et commentés mais que parfois j’aimerais juste supprimer), et en trois ans c’est pas impossible que mes goûts aient changé non plus donc… pour faire court: oui.

Je vous propose de terminer sur deux questions un peu plus personnelles de @Manga_Sukii: « Qu’est-ce qui te plait dans les otome games ? » et « Quels sont les prochains lieux/pays que tu souhaites visiter ? »

Ca tombe bien qu’on parle d’otome games parce que je compte bien faire la review d’un jeu ce mois-ci ! Alors pour répondre… déjà avant de m’intéresser aux otome games, j’aimais les visual novels. L’idée de pouvoir influencer l’histoire et d’avoir plusieurs scénarios possibles m’a tout de suite plu, et avec un peu de chance, on tombe sur des histoires incroyables, et… les otome games, ça a été la cerise sur le gâteau parce que, en plus de tout ça, je peux aussi sortir avec un docteur Frankenstein mignon.

Concernant mes prochains voyages, à part le Japon qui arrive à grands pas, rien n’est encore inscrit dans le marbre, mais j’envisage la Pologne, et dans quelques années, Shanghai (avec petit passage en Corée du Sud si déjà je suis « dans le coin »). Je me suis aussi mis en tête d’aller à New York mais ça nous ramène à… au plus tôt, 2022 donc… si vous voulez voir ça, vous allez devoir suivre ce blog encore un petit bout de temps ! je compte sur vous !!


Merci à toutes celles et ceux qui ont manifesté leur intérêt pour la FAQ et qui ont, bien sûr, posé les questions ! J’ai lancé l’idée sur Twitter sans être sûre qu’elle aboutirait, mais vous avez répondu à l’appel et j’en suis très reconnaissante, c’était sympa à faire !

Publié dans Slice of Life

Slice of Life – Ce que j’ai foutu ces quatre derniers mois.

Les vrais savent: je blogue depuis des années !  Même si ce blog-là est encore tout jeune, j’avais déjà un CV bien rempli avant lui. Par extension, ça fait aussi des années que je lis des blogs !, et au fil du temps, j’ai vu une flopée d’entre eux être mis en pause, voire carrément s’arrêter, et ce pour des raisons diverses et variées mais souvent liées aux études, au travail,… Cela dit, ça ne m’a jamais concernée.

J’avais même une amie qui blaguait sur le fait que pendant que tout le monde s’absentait pour réviser pour tel ou tel examen, j’annonçais de nouveaux articles… Même quand je passais le bac, je trouvais du temps pour mon blog. Donc je n’aurais jamais pensé que ça m’arriverait, ça ne m’a jamais traversé l’esprit d’un jour délaissé mon blog. Et pourtant !!!

Alors, je n’arrête pas mon blog pour autant; ça, c’est encore quelque chose que j’ai du mal à concevoir. Cependant, pour la première fois dans ma carrière de blogueuse, je fais passer mon blog au second plan. Je ne m’y consacre plus autant qu’avant, et pour tout vous dire, je ne cherche même plus à m’y consacrer autant qu’avant. La raison, elle est toute simple: la fac. Tin, tin, tin !

Celles et ceux qui suivent mes articles religieusement savent qu’à la sortie du lycée, j’ai fait une formation à distance: la préparation du DAEFLE. C’était sur une durée de 10 mois, donc en septembre, il fallait que j’enchaîne sur autre chose, et la suite logique, c’était la fac.

Mon objectif, pour aller avec mon DAEFLE, c’est de faire un master FLE. Pour accéder au master FLE, il fallait d’abord que je fasse une licence, idéalement de langues. Donc devinez où je me suis retrouvée.

Bah bien sûr. En LLCE japonais. On ne l’avait pas vu venir, celle-là… !!!

Et à partir de septembre, tout est allé très vite. Ca me fait un peu bizarre de me dire qu’on est déjà en 2018 (bonne année, d’ailleurs !). C’était un changement radical d’environnement pour moi, parce que j’avais passé les mois de janvier à août plus ou moins cloîtrée chez moi une grande partie du temps, occupée avec ma formation, et entourée d’à peu près les mêmes gens qu’au lycée. En septembre, je suis partie pour la GRANDE VILLE, j’habite maintenant en cité universitaire, j’ai fait plein de merveilleuses nouvelles rencontres, et… je vais de nouveau en cours ! Et j’adore chaque seconde de cette « nouvelle vie », je me suis très épanouie ici, j’adore ce que je fais, et j’adore où je le fais et avec qui je le fais.

Ma petite chambre !!! Je suis *comblée*, j’avais tellement d’a priori sur la cité u, mais j’ai atterri dans la crème de la crème:  elle a été entièrement rénovée moins d’un auparavant, j’ai ma PROPRE SALLE DE BAIN!!, c’est sécurisé, propre, super bien isolé,… (j’en oublierais presque que je suis au quatrième étage sans ascenseur !!).

Seul bémol, c’est donc que ce blog prend un peu la poussière, mais c’est pour la bonne cause comme on dit. De toute façon, les mois précédant la rentrée, j’avais déjà un petit manque d’inspiration qui me pesait, et je n’étais plus satisfaite de tout ce que je faisais.

Ceci étant dit, je tiens à le redire, ce n’est pas LA FIN pour autant.

Comme vous avez pu le constater avec mon précédent article, je trouve toujours le temps de regarder des anime, donc je continuerai à parler de ça au début et à la fin de chaque saison.

Je joue aussi toujours et encore aux otome games qui sortent par chez nous, alors attendez-vous aussi à des articles à ce sujet.

Aussi, cette année, je retourne au Japon; vous allez beaucoup en entendre parler cet été.

Et qui sait quelles autres surprises je peux bien vous réserver ! Même moi, je suis curieuse…

Mais en attendant, voilà pour la petite mise au point; même si cet article n’est pas bien long, je tenais à vous raconter ce que je deviens. Je vous souhaite une très bonne année, et j’espère qu’Otome Street, même si moins actif qu’auparavant, fera partie de votre 2018.

Publié dans Slice of Life, Voyage

G-DRAGON 2017 WORLD TOUR [ACT III, M.O.T.T.E] à Amsterdam !

Je devrais vraiment être en train de faire autre chose. Et si déjà je suis là, je devrais faire un Slice of Life, mais… chaque chose en son temps ! Aujourd’hui, j’aimerais vraiment prendre deux minutes pour enfin vous raconter le concert de G-Dragon auquel j’ai assisté à Amsterdam le 26 septembre dernier ! Ca fait déjà presque deux mois… le temps passe vite, et j’ai vraiment traîné pour pondre cet article, mais fort heureusement, cette soirée est gravée dans ma mémoire et je m’en souviens encore comme si c’était hier…

Pour vous remettre rapidement dans le contexte: je suis fan de GD depuis le collège et jamais dans mes rêves les plus fous je n’aurais imaginé le voir un jour en concert. Parce que oui hein, les « world tours » des artistes de k-pop dépassent rarement les frontières de l’Asie, donc quand des dates pour l’EUROPE ont été annoncées, je suis tombée de ma chaise. J’étais la parfaite pigeonne pour acheter ces places hors de prix dans la fosse à 200€. A ce jour, je suis encore partagée entre « rien ne vaut 200€ et certainement pas une place de concert » et « ça valait totalement le coup si c’était à refaire je payerais même le double ».

Autant vous dire que j’ai dû faire face à bien des péripéties, du moment où j’ai acheté ces foutues places et que ma connexion internet a lâché, jusqu’au moment où j’ai pénétré la salle de concert et qu’on m’a forcé à jeter mon sac soi-disant trop grand à la poubelle. Mais au bout du compte, j’étais là, en la compagnie de ma très bonne amie Ingrid, face à la scène.

Si vous avez lu mon article sur le concert de Twenty One Pilots l’année dernière, bah j’étais exactement à la même place. Dans la fosse, tout à droite, au deuxième « rang », j’avais juste une rangée de personnes devant moi et aucune tête qui me gâchait la vue. Je m’étais pourtant préparée mentalement à ne pas avoir autant de chance qu’à mon précédent concert, mais la vie est bien faite. (Il faut quand même préciser qu’il y avait encore une « fosse VIP » devant la fosse « normale », la fausse des pauvres qui n’ont payé que 200€ ! Mais cette fameuse fosse étant accessible qu’avec des billets à 600€, elle était pas bien remplie, donc… ça n’a rien changé à la vue, ni même vraiment à la proximité, que j’avais avec la scène.

J’ai hurlé, j’ai sauté, j’ai crié toutes les paroles en anglais et, dans le feu de l’action, j’ai sûrement fait un peu de yaourt aussi. C’était excellent ! il était excellent ! Super présence sur scène, tout un spectacle avec des grandes flammes et des feux d’artifice qui ne manquaient jamais de me faire sursauter, un orchestre au top, et bien sûr, lui, en chair et en os sous mes yeux… Je ne vois pas ce que j’aurais pu demandé de plus.

Ce que j’ai adoré, c’est qu’il nous a vraiment chanté tout son répertoire. Le concert était divisé en trois parties:

L’acte I, « G-Dragon », avec les singles de ses débuts, ambiance très 2009 avec des chansons d’Heartbreaker, et aussi But I Love U et Obsession. L’acte II, « G-Dragon VS Kwon Ji Yong », avec cette fois des chansons de One of a Kind et Coup d’Etat. Et enfin, l’acte III, « Kwon Ji Yong », avec les chansons de son dernier EP du même nom !!! Sans oublier, le rappel où il a chanté Crooked (ma chanson!!!!) et Untitled, 2014.

Tout le concept de la tournée repose sur la dualité entre G-Dragon, le « personnage », l’idol, la célébrité,… et Kwon Ji Yong, la personne qu’il est quand les projecteurs s’éteignent, celui que sa famille et ses amis connaissent.

Il nous a fait le petit speech qu’il fait à tout les concerts où il explique le dit concept et espère qu’on accepte cette facette de lui. Il ressort le même chaque soir mais il avait l’air tellement sincère, et humble… que moi, j’avale ça, j’y crois, et comme chacun, j’ai hurlé « KWON JI YONG, KWON JI YONG, KWON JI YONG » pour signifier que oui, je l’accepte comme il est sinon est-ce que j’aurais vraiment payé un rein pour être ici.

Et en tout cas, si je l’aimais déjà avant, j’en suis retombée complètement amoureuse après l’avoir vu ce soir-là. Déjà parce qu’il a bien du talent mais aussi parce que… quand il s’adressait au public, il était vraiment attendrissant. Je suis peut-être naïve mais j’ai été touché par sa douceur, sa modestie, et sa patience (il n’arrêtait pas de se faire interrompre par des « I LOVE YOU » et il prenait le temps de répondre « me too » à chacun d’entre eux!!!!!!).

C’était magique, inespéré, l’ambiance était super bonne et le concert parfait.

amsterdam

Et puisque déjà on était là… on a fait un peu de tourisme, hein.

Alors, l’air de rien, on avait cours !!!, donc on ne s’est pas attardées et on est restées que trois jours (c’est déjà plus que déraisonnable, je sais). Mais finalement, c’était largement suffisant. D’autant plus que notre titre de transport ne nous permettait pas de sortir de la ville et de visiter les alentours, donc… trois jours, c’est plus qu’assez pour visiter Amsterdam à elle-seule.

Il faisait un peu froid, il faisait très gris, mais c’était quand même très, très beau. Des tulipes, du fromage et des sabots partout. Beaucoup d’odeur de beuh, aussi.

Amsterdam, c’est connu pour ses coffee shop, donc je savais à quoi m’attendre, et pourtant… je m’attendais pas non plus à ce qu’on fume littéralement partout. Toutes les rues, tous les moindre recoins de la ville, empestent le cannabis et je pense que tu peux tranquillement planer sans même avoir besoin de fumer toi-même un joint dans un coffee shop. (Et les boutiques de souvenirs capitalisent à mort sur ça, tu peux tout acheter « saveur cannabis », mais c’est que des attrape-touristes et tous ces produits contiennent finalement rarement du vrai shit parce que sinon ils pourraient pas coller la mention « worldwide legal » dessus).

Autre chose: c’est une ville très chère ! On a bien tourné en rond avant de trouver où se nourrir pour un prix qui rentrait dans notre budget ! C’est tout con mais ce qui m’a choquée, c’était le prix d’un simple hamburger… même dans le plus modeste des snacks, t’en as pour une dizaine d’euros parce que pour eux, un burger « simple », c’est le pain et le steak, et le « menu », c’est tous les condiments… menu n’incluant bien sûr pas les frites ou la boisson. Mais bon ! c’est qu’un détail, c’est pas comme si le hamburger était un plat très local donc on s’en passe !

IMG_0118[1]

On a créché au Train Lodge. C’est très dur de trouver un hôtel ou même un Air BnB en Hollande (ou en tout cas à des prix abordables); ils sont plutôt dortoirs et compagnie. Alors on a opté pour cet établissement qui est en fait un train, réaménagé en auberge de jeunesse. Le tarif pour deux nuits était raisonnable et le concept, à mes yeux, valait tous les autres établissements de la ville même les plus luxueux.

C’est aussi plus ou moins un dortoir; y’a des compartiments pour soit 3, soit 6 personnes (que tu te retrouves donc à partager avec des inconnus si tu voyages pas avec ce nombre exacte de personnes) et il y a une salle de bain commune par wagon ((le style de salle de bain varie GRANDEMENT en fonction du wagon, y’en avait des très propres et rénovées et d’autres… pas salles mais, disons, sinistres). C’est serré ! mais pour une ou deux nuit, ça fait parfaitement l’affaire. Notez aussi qu’il y a la possibilité, si on est est dans une situation où on doit partager sa chambre, de choisir un compartiment « women only ».

Je recommande !

Je regrette de ne pas avoir pu visiter la maison d’Anne Frank (l’attente était trop importante pour le temps limité qu’on avait, et en plus c’était apparemment en travaux, bref), mais à défaut d’avoir pu y aller, on a fait le Stedelijk Museum, le Musée national d’art modernes !!! On a beaucoup aimé. Il y avait une exposition de Zanele Muholi très poignante, sur la situation de la communauté LGBTI en Afrique du Sud. Aussi, une expo assez chouette de Jana Euler, « High in Amsterdam, The Sky of Amsterdam ». Le tout dans le tout, ça valait le détour, et en plus, c’était gratuit pour les étudiants.

Ci-dessus, on a aussi la « plus petite maison d’Amsterdam », le numéro 22 de l’Oude Hoogstraat. Les maisons étroites, c’est pas ce qu’il manque à Amsterdam, mais celle-ci fait 2 mètres de largeur ! et 5 mètres de profondeur ! Elle est ouverte au public: au rez-de-chaussé, vous pouvez achetez du thé (très bon et pas cher), et à l’étage, il y a un adorable salon de thé.

J’ai aussi fait un tour au Quartier Rouge mais je n’ai rien de particulièrement positif à en dire.

unnamed
Ma mère, plus aventurière et dotée d’une carte pour voyager en dehors de la ville, a fait un tour à Zaanse Schans donc voici pour vous une petite photo de moulins, parce que c’est aussi ça la Hollande, des moulins.

Voilà ! ce n’est pas grand chose, mais j’espère que ça vous aura plu ! Ca me manque d’écrire plus régulièrement ici, j’espère vous retrouver très bientôt !