Visual Novel

Dix ans plus tard, je découvre… Steins;Gate

Remontons dans le temps (lol). Nous sommes aux alentours des vacances de février. J’ai un peu plus de temps que d’habitude, et je viens de (me forcer à) finir Psychedelica of the Black Butterfly. Les étoiles me semblent alignées pour que je joue à un jeu qui traîne dans mon backlog depuis bien trop longtemps, un jeu que j’ai acheté en promo à 5€ jadis, parce que je savais que j’allais vouloir y jouer un jour, et… le jour est arrivé. Steins;Gate est un visual novel né d’une collaboration entre 5pb. et Nitroplus en 2009. Depuis, il a été porté sur plein de consoles et traduit en plusieurs langues, dont l’anglais ! Disponible chez nous sur PC depuis 2014, j’ai enfin joué à sa version PS Vita, sortie en 2015 chez PQube. Mieux vaut tard que jamais !

Grosse dédicace à l’anonyme qui m’a recommandé ce jeu maintes et maintes fois sur mes réseaux ; je ne sais pas si cette personne me suit encore mais si elle lit ces lignes… tout cet article là est pour toi. Désolée d’avoir un peu trop pris mon temps et merci de me l’avoir conseillé.

Merci, parce que oui, c’était une expérience marquante et je ne regrette pas d’avoir donné de mon temps à Steins;Gate. Il n’empêche que nous avons une relation compliquée. Je vais tout vous raconter en détails. Mais faisons les choses dans l’ordre.

Steins;Gate est une licence quand même relativement connue, ne serait-ce qu’à cause de son adaptation en anime datant de 2011 qui, à ma connaissance, a plutôt bien marché ! Je sais que beaucoup de gens autour de moi l’ont vue. Ce n’est pas mon cas ! Alors pour celles et ceux comme moi, une petite présentation s’impose.

Nous sommes en plein Akihabara, dans un petit appartement qui fait peine à voir. Okabe, Daru et Mayuri inventent, complètement par hasard, une machine à voyager dans le temps. Pas le genre qui permet de se téléporter d’une époque à l’autre, juste un micro-ondes via lequel il est possible d’envoyer des mails dans le passé et qui, suivant leur contenu, sont susceptibles d’altérer le futur. Avec l’aide de Makise Kurisu, une scientifique de génie âgée d’à peine 18 ans et fraîchement arrivée des Etats-Unis, le groupe va tester et améliorer cette invention, sauf que… CA TOURNE MAL !!!

Et donc… vous l’aurez compris… j’ai commencé Steins;Gate sans rien connaître de l’histoire, même pas le peu que je viens de vous raconter ! Je ne sais pas comment j’ai fait pour éviter tous potentiel spoiler pendant plus de 10 ans mais tout l’étendu de mon savoir se limitait au fait que je savais qu’il était question de science. Voilà. Et quand j’apercevais le protagoniste sur les différentes images promotionnelles de l’anime, je le prenais donc pour un scientifique. Après tout, il a une blouse blanche ! Mais j’étais tombée dans le panneau. Okabe Rintarô, alias « Hououin Kyouma », a à peine 18 ans, il est dans sa première année de fac, et il est atteint d’un sévère chuunibyou. Il se prend pour un savant fou, pourchassé par « l’Organisation », persuadé d’être cool et mystérieux. Il est tout le temps au téléphone avec ses amis imaginaires et part sans cesse dans de longues tirades sur l’univers fictif qu’il a créé autour de son alter-ego, ce qui ne manque pas de fatiguer celles et ceux autour de lui.

2020-03-14-215002

Donc première grosse surprise avec Steins;Gate : le scientifique n’est pas un vrai scientifique. Et ça ne faisait que commencer !!!

Des surprises, il y en a beaucoup parce que c’est un jeu extrêmement long ! Pas aussi long que je le croyais, parce que howlongtobeat indiquait une trentaine d’heures pour le finir entièrement, et j’ai oublié de noter combien de temps j’avais joué mais j’ai le souvenir que c’était environ dix heures de moins… Après, ça dépend du rythme de lecture de chacun-e et de si on veut débloquer tous les bonus et trophées. Pour ma part, j’ai débloqué toutes les fins mais je ne me suis pas embêtée à débloquer toutes les CG, parce que même si on fait souvent l’éloge des graphismes de Steins;Gate (qu’on doit à Huke, qui est aussi derrière le design de Black Rock Shooter), personnellement, je n’y voyais rien d’esthétiquement plaisant.

Le problème de ces visual novels très longs (je pense aussi à Higurashi par exemple), c’est que l’histoire met des plombes à démarrer. Mais de mon expérience, ça vaut toujours le coup ! Et une fois que les choses sérieuses commencent, on n’arrive tout simplement plus à poser le jeu tellement il devient prenant. C’est le cas de Steins;Gate, dont le début se tire en longueur et n’est pas forcément passionnant (j’ai eu du mal à accrocher), mais dont l’intrigue vaut largement la peine de pousser jusqu’aux parties intéressantes.

L’avantage de cette longueur, c’est que le jeu a le luxe de pouvoir prendre le temps de bien préparer le terrain pour toutes les grosses révélations et retournements de situation qu’il a en réserve. Par conséquent, dès les premiers chapitres, même pendant les moments qui peuvent paraître insignifiants, il y a plein de petits détails et indices qui auront leur importance plus tard. C’est le genre d’histoire où, à la fin, tout prend sens!, tout était lié!, et c’est le meilleur genre d’histoire, à mon humble avis. C’est très bien ficelé et c’est une expérience qui ne laisse pas indifférent-e ! J’en suis ressortie toute retournée et impressionnée par la qualité du scénario.

Mais pour pleinement en profiter, il faut surmonter quelques obstacles.

Le premier, c’est le gameplay. Souvent, dans les visual novels, le gameplay se résume à des choix qui surviennent à certains moments de l’histoire et influent sur sa fin. Ici, des fins, il y en a six, et pour les débloquer, il y a bien des choix à faire, mais pas… des choix traditionnels. En effet, tout se passe via le téléphone portable du protagoniste.

2020-02-26-222154

C’est répondre aux mails que reçoit Okabe qui va déclencher certaines scènes, débloquer certains bonus et nous orienter vers l’une ou l’autre fin. La plupart du temps, ce qu’il va se passer, c’est que plusieurs mots se détacheront du reste du texte (ils sont bleus et soulignés) et en fonction de celui qu’on sélectionne pour répondre, l’issue sera différente. Parfois, il s’agit aussi de simplement ignorer un mail ou non, ou de prendre un appel ou pas. Les conséquences sont totalement imprévisibles, et, à mon avis, il est vain d’essayer de terminer le jeu à 100% sans guide.

Ce que je conseille, en revanche (et je ne suis pas la seule), c’est de jouer une première fois sans consulter de walkthrough et en répondant à l’instinct. Ca évite les spoilers et ça offre une première expérience authentique et sans prise de tête (parce que quand vous allez voir la gueule des guides, ça va vous donner une migraine). Par contre, si vous voulez tout débloquer, en particulier la « true ending » (qui est LA vraie fin du jeu et qui propose tout un chapitre supplémentaire pour boucler l’histoire), vous n’aurez d’autre choix que de vous en remettre à un guide. Une fois qu’on a un peu compris le système, on peut deviner comment obtenir certaines fins, mais pour la true ending… trop gros bordel qui nécessite des actions bien précises qu’on ne peut pas deviner (d’autant plus qu’en louper une annule l’apparition des suivantes et là on est bon-nes pour recommencer depuis le début).

2020-03-08-001616

Je qualifie ce système d’obstacle mais ce n’est pas négatif!, au contraire, je trouve ça sympa qu’il y ait une petite difficulté, et c’est assez original pour un visual novel.

Autre surprise : Steins;Gate est un peu un harem !? C’est pas un galge, c’est pas un jeu de drague, mais les différentes fins correspondent en fait à des routes pour chacun des personnages féminins avec une pincée (ou dans certains cas, une bonne grosse dose) de romance. Okabe est un gros loser, mais toutes les filles finissent par lui trouver un charme ! Et ça, je ne m’y attendais pas… Je ne suis ni pour, ni contre, c’est juste que ça devient un peu répétitif, *spoilers*parce que dans les derniers chapitres, le principe va être « d’annuler » les conséquences d’un mail qui aura eu un impact sur le futur, et comme chaque mail est lié à une des filles du jeu, pendant le processus, Okabe va aussi pas mal se rapprocher d’elles. A la fin de chaque chapitre, Okabe pourra faire le choix d’abandonner ses grands projets de sauver le futur au profit d’une relation avec la fille en question. Evidemment, c’est jamais une « bonne » fin, parce que renoncer à changer le futur sous-entend que tout n’est pas rentré dans l’ordre et qu’il y aura des conséquences terribles, mais en général, Okabe est trop lessivé pour encore s’en soucier.*fins des spoilers*

Je ne peux pas vous donner tous les détails parce que sinon je vous spoilerais vraiment trop ! mais je vous laisse imaginer que voyager dans le temps et aller contre le destin, ça provoque quelques tragédies, et être amené à les revivre encore et encore, ça vous brise un homme.

Mais quoi qu’il en soit, toutes les fins sont vraiment intéressantes et participent à nous faire un peu ressentir la détresse et le calvaire dont Okabe fait l’expérience à chaque fois qu’il remonte dans le temps. Je reproche aux derniers chapitres d’être répétitifs mais quelque part, je pense que c’est important dans ce genre d’histoire de partager ne serait-ce qu’un peu le sentiment de lassitude et de désespoir du personnage principal qui ne voit plus le bout du tunnel (Haruhi l’avait très bien fait avec Endless Eight!).

Autre obstacle qui n’en est pas vraiment un : faut au moins avoir fait une filière scientifique pour tout comprendre au jeu. C’est finalement pas si omniprésent mais y’a quand même quelques longues conversations sur des concepts scientifiques qui me dépassent totalement, et même si le jeu essaie de les rendre accessibles, c’est pas du tout mon univers. Par exemple, premier chapitre du jeu : direct, on est agressé-es par une conférence de presse super longue de Kurisu sur le voyage dans le temps. Je suis persuadée que tou-tes les joueur-euses ont ce passage là en horreur rien qu’à cause de sa longueur.

2020-02-23-225229

Mais là encore, pas un véritable obstacle. Et je suis sûre que des gens trouvent ça intéressant. C’est sûrement juste moi qui ne sait pas apprécier la science avec un grand S à sa juste valeur.

Par contre, vrai problème que j’ai eu avec ce jeu : le sexisme !!! Triste à dire mais comme l’histoire est très bonne et que je veux en profiter, je fais de mon mieux pour passer outre, mais c’est frustrant et injuste qu’à chaque fois qu’on consomme à peu près n’importe quoi, on soit obligées de faire cet effort là.

2020-03-15-174116
wtf

Pourtant, il y a de bons personnages féminins. Certes, elles incarnent toutes plus ou moins un archétype : tsundere (Kurisu), personnage moe avec costume de maid et oreilles de chat assortis (Faris), fille froide qui ne pipe pas mot et tellement maladroite que c’en est mignon (Moeka), amie d’enfance niaise un peu à côté de la plaque mais super gentille (Mayuri), sportive censée être « garçon manqué » avec un côté sensible (Suzuha) et ce qu’il conviendrait d’appeler un personnage trans (Lukako) mais qui correspond à un énième fétiche. Heureusement, elles sont toutes relativement bien développées, dépassent ces clichés et sont finalement très humaines.

Mais c’est au prix de nombre de blagues salaces et scènes de fanservice humiliantes pour les personnages féminins.

2020-03-17-195721

 

Même quand une fille est présentée comme un « personnage fort », il faut quand même de temps en temps la remettre à sa place et lui rappeler qu’on la voit comme un objet sexuel. Dans le même temps, nous, les joueuses, on prend le soin de nous rappeler à qui le jeu était destiné en premier lieu.

En ce qui me concerne, je n’arrive pas à en faire abstraction (et je ne crois de toute façon pas qu’on devrait).

Bien dommage parce que quand les blagues ne sont pas sales et faites au dépend des femmes… elles sont drôles ! Ca, on ne peut pas lui enlever ; le jeu est bien écrit, assez agréable à lire, ne pourrait pas être mieux doublé (Okabe n’aurait pas été aussi drôle si Miyano Mamoru ne lui avait pas donné vie) et il y a un très bon équilibre entre humour et émotion. En plus, comme l’histoire se déroule à Akihabara, il y a plein de références aux anime, à la culture otaku en général, et aux lieux incontournables d’Akiba (tout commence à l’équivalent du Radio Kaikan par exemple !). C’est un vrai petit plus que les initié-es apprécieront !

Ne serait-ce que pour le scénario incroyable, je vous le recommande chaudement. Après, des visual novels comme ça, j’en ai vu d’autres (ça m’a notamment rappelé les When They Cry qui sont aussi des visual novels avec des dizaines d’heures de lecture, très légers au début, mais dès que l’histoire commence vraiment, on est embarqué-es dans une aventure hallucinante avec un dénouement complètement imprévisible), mais si ça avait été mon premier, je pense que j’aurais mis encore plus de temps à m’en remettre (et ça m’a déjà bien secouée). Si c’est votre premier VN, ou l’un des premiers, foncez, vous n’allez pas être déçu-es ! Par contre…

J’ai joué sur PS Vita mais je ne recommande pas forcément ; je ne sais pas si le problème venait de moi et de ma console (qui se fait un peu vieille, il est vrai) ou du jeu mais j’ai eu beaucoup de bugs divers et variés (texte qui se met en avance rapide tout seul, problème avec les background musics de certaines scènes, impossible d’enlever le mode auto etc). Comme ma console n’avait jamais eu ces problèmes et que depuis j’ai joué à deux autres jeux sans le moindre souci, je penche pour la deuxième option. Après tout, le jeu commence un peu à dater, c’est possible qu’il ait quelques défauts… Ca n’a pas trop gâché mon expérience, mais ça m’a forcée à redémarrer quelques fois ma console. Alors…

…mais juste au cas où je vous conseillerais peut-être plutôt de l’acheter sur PS3 ou, mieux encore, sur Steam, le port le plus récent.

Et pour la meilleure expérience possible, envisagez peut-être carrément le remake, STEINS;GATE ELITE, sorti l’année dernière sur PS4, Switch et PC ; non seulement, les risques de bugs sont sans doute limités, mais en plus, il s’est refait une beauté et intègre maintenant des extraits de l’anime !

Steins;Gate_Elite
Faut y mettre le prix par contre… 59,99€ sur PS4Steam et Switch. Que ça soit pour cette version ou pour l’originale, je ne peux que vous conseiller d’attendre les promos (assez fréquentes) !!!

Peu importe la version à laquelle vous choisissez de jouer, j’espère que ça vous plaira et j’attendrai vos retours avec impatience ! Si vous y avez déjà joué ou que vous avez vu l’anime et que vous voulez en parler… je vous attends dans les commentaires ! Et qui sait, peut-être qu’un jour, on se retrouvera pour parler de la suite, Steins;Gate 0… El Psy Kongroo.

Vous pourriez également aimer...

12 commentaires

  1. Tu m’as vraiment donné envie d’y jouer. Pour tout avouer.. j’avais adoré l’anime quand je l’ai vu… il y a déjà de ça un bon moment ! J’ai vu le jeu sur ma ps4.. mais j’avais un peu peur du coup j’ai jamais pris le risque d’y jouer… mais je pense que je vais voir pour le prendre, sur switch ou ps4.. je ne sais pas encore…..

    1. Mission accomplie alors ! Qu’est-ce qui te faisait peur ? Perso je te conseillerais la Switch parce que je trouve plus agréable de lire sur un petit écran que sur un télé mais chacun-e a ses préférences de ce côté là… !

      1. Bah, j’avais adoré l’anime et j’avais peur que le VN soit différent, du coup je sais pas… Mais apparemment j’avais peur pour rien!
        Pour ce qui est du support, je suis d’accord mais les promos PS4 sont souvent plus avantageuses… J’aurais surement plus de chance de le trouver moins cher sur PS4!

        1. Je n’ai pas vu l’anime (même si maintenant je suis curieuse, pour voir les différences !) mais je pense que c’est assez fidèle… par contre, faut pas avoir peur de la masse de texte quoi, si tu trouvais le début de l’anime lent, là faudra s’accrocher haha.
          Oui ça c’est vrai aussi, j’ai failli le mentionner… J’ai pas de Switch depuis bien longtemps mais j’ai l’impression que y’a beaucoup moins de promos… alors que sur le PS store y’en a limite tous les mois…

          1. a dit :

            Je pense que ça va aller ! Je suis pas du genre à avoir peur du texte aha. Mais le jeu est dans ma liste. J’attend juste les prochaines promo… parce que 60€… uh
            Exact ! Ma switch est la dernière arrivant aussi à la maison. Mais je suis un peu déçu.. rien ne pousse à acheter dans leur store et c’est dommage. Sur le PS store il y a de nouvelles promos tous les mois, et pour les abonnés, deux jeux gratuits par mois…

          2. a dit :

            Oui, et même sur Steam les promos sont plus courantes que sur Switch… Déjà qu’en général, beaucoup moins de gens m’intéressent sur cette console-là… heureusement qu’il y avait Animal Crossing pour appâter haha

  2. Mistéxpi a dit :

    Ma foi, pour ma part j’ai juste vu l’anime et je me rappelle avoir trouvé le début lent aussi, et une fois l’histoire bien mise en place, j’ai tout dévoré tellement c’était hyper prenant :’D (je connais rien du jeu mais j’ai l’impression qu’y a eu un mélange des routes de Mayuri et Kurisu, peut-être ? :w ) Le côté retours dans le temps qui s’enchainent et tout qui dérape de plus en plus était si intense, gosh D:

    Je me rappelle pas qu’y aie eu des masses de moments sexistes/fanserv par rapport à ce qu’à l’air de contenir le jeu, maiiiis ça commence à remonter comme visionnage, donc je peux pas l’affirmer avec certitude (par contre le fétichisme concernant Lukako, urg)
    Mayuri est adorable.

    Et tellement d’accord avec le fait que c’est vraiment lassant (mais à un point…) de devoir toujours se forcer à faire abstraction de ce genre de trucs quand tout le reste est bon u_u;

    Sinon, je l’avais pas dit lors de ton retour ici, mais ça fait super plaisir de pouvoir lire de nouveaux articles de ta part ! 😀 Que tu parles d’animes, de jeux, ou de plein d’autres choses en vrac je trouve toujours ça intéressant à lire et ça permet de découvrir des trucs, du coup bon retour, et merci pour tous ces écrits ! CX (même si t’as bien le droit de faire ce que tu veux avec ton blog, y compris le mettre hors-ligne sans prévenir, c’est ton blog nonméoh 😀 )

    1. C’est possible qu’il y ait eu un petit mix mais en vrai, il n’y a pas de routes à proprement parlé, c’est toujours dans la continuité de la trame principale, la finalité c’est toujours de sauver Mayuri et, par extension, Kurisu… Curieuse de voir l’anime un jour pour voir ce qui a été adapté ou non ! En tout cas, il doit pas être trop mal vu que nos avis se rejoignent !

      Et oui, on s’habitue jamais (et on devrait pas !!!), c’est omniprésent et là c’est particulièrement crade je trouve… On en avait parlé pour Persona 5 et là je trouve que c’est encore le niveau au-dessus…

      Et merci beaucoup !!! Ca me fait très plaisir de savoir que tu es encore dans le coin !

  3. Je crois que WordPress a mangé mon commentaire, du coup je ne sais plus ce que j’ai voulu dire au départ (・д・)
    Faut-il absolument un compte WordPress pour commenter ?

    Toujours est-il que je voulais dire que je n’avais jamais joué ou lu des articles sur le jeu (et je n’avais jamais fait vraiment de recherche non plus..) alors ton article tombe très bien !
    Je n’ai vu que l’anime et mes souvenirs sont vagues.
    Je ne pensais pas que le jeu aurait des soucis niveau sexisme ou fan-service vu que rien ne m’avait vraiment choqué de mémoire dans l’anime (sauf Lulako sans doute).

    1. Normalement non ! C’est bizarre mais effectivement, même dans mes spams, je n’ai rien reçu !

      Une autre personne m’a dit la même chose à propos du fanservice dans l’anime ! j’imagine qu’en seulement quelques épisodes, ils n’avaient pas le temps de caser toutes les blagues salaces de Daru…

  4. Mistéxpi a dit :

    Trop drôle, j’avais oublié avoir déjà laissé un commentaire ici X’D

    J’ai finalement commencé d’y jouer ce mois-ci (sur ma vieille PSP, du coup j’ai clairement pas une version ouf niveau traduction, je crois… je chopperai une version PC un de ces jours, je pense ! ) et là j’en suis au moment où c’est bien la loose, haha :’D

    En tout cas comme tu l’as dit, c’est hyper plaisant à lire, le doublage est vraiment ultra-cool, j’aime beaucoup les musiques aussi, elles te mettent dans l’ambiance sans accaparer ton attention non plus, pour la plupart (et tant mieux vu comment il faut pouvoir suivre les dialogues, des fois)

    Mais du coup, j’ai aussi eu les scènes de «  » »fanservice » » » et urgh… celle en particulier avec l’agression sur Lukako était vraiment pire que malaisante, je l’ai passée aussi vite que possible, surtout que fallait absolument nous caler une illustration en prime quoi -_-; Le pire, c’est que le texte lui-même semble bien se rendre compte d’à quel point c’est horrible, mais… mais en même temps non, ça va c pa grav ?! o__o;
    Encore une fois comme on disait, vraiment dommage de voir des histoires bien cool être polluées par ça, alors qu’elles s’en passeraient pourtant très bien :B

    (fun fact : maintenant je me rappelle quasiment plus de l’anime, pour le coup XD À part des grosses révélations, du coup ça m’a spoilé la surprise de pas mal de trucs du jeu mais bon, c’est quand même plaisant de voir comment on y arrive )

    Bon, voilà, je vais continuer d’y jouer et je viendrai sans doute re-piailler par ici une fois le jeu bien terminé (hâte de voir la tronche des guides et mourir XD ) ! C’était sympa de relire ton article sur le sujet en tout cas <3

    1. Et c’est sympa de pouvoir un peu me replonger dans Steins;Gate grâce à ton commentaire ! Il faudrait que je prenne le temps de me pencher sur la suite… En tout cas, bon jeu ! J’espère que tu vas t’éclater comme ça a été mon cas sur la fin ! Hâte de lire tes impressions finales !

Laisser un commentaire