Chronique

MANKO MONOLOGUE — Antis vs pro-shippers

Je vous retrouve aujourd’hui pour un article qui, je l’espère, sera le premier d’une série. « Manko Monologue ». C’est le nom d’un projet qui n’a pas décollé, un blog auquel je n’ai pas su consacrer le temps nécessaire. Manko, c’est de l’argot, ça veut dire « chatte » en japonais !, et monologue, c’est bien sûr une référence aux Monologues du vagin d’Eve Ensler. Les monologues de la manko, c’est un petit clin d’oeil à une idée que j’ai eue à une époque, mais c’est surtout l’occasion de discuter ! Discuter des sujets qui divisent, des débats qui innondent les réseaux sociaux et polluent les fandoms, de toutes les choses sur lesquelles je suis curieuse de connaître votre avis.

Et cette série, je ne me voyais pas la commencer autrement que par un article sur celles et ceux qu’on qualifient « d’antis » et de « pro-shippers », acteur-ices d’un débat auquel il est difficile d’échapper de nos jours, qu’importe le ou les fandoms qu’on fréquente. Il se peut cependant que ces mots soient flous pour certain-e-s d’entre vous donc, avant d’aller plus loin, revenons sur ces termes.

Les antis, qu’on appelle aussi fancops, fantis, ou qu’on désigne parfois subtilement par un emoji fourmi, ce sont les gens qui s’opposent de manière plus ou moins virulente à un ship (un couple fictif) parce qu’il est considéré comme « problématique » (et si le débat est né autour des relations entre personnages de fiction, ce jugement peut également s’étendre à un personnage seul ou à une oeuvre entière). Problématique, c’est un terme très vague mais qui englobe généralement tout ce qui est moralement répréhensible, et, dans le cadre de ce débat, c’est surtout l’inceste, la pédophilie, les relations toxiques voire non-consensuelles,…

En face, on retrouve les pro-shippers, qui, au contraire, tolèrent toutes ces choses, aussi choquantes soient-elles, en partant du principe que ce n’est jamais rien de plus que de la fiction et que ça ne fait de mal à personne, surtout si le contenu est tagué de manière à ce que les personnes de moins de 18 ans mais aussi toutes celles qui ne voudraient pas y être exposé puissent facilement l’éviter. Leur postulat, c’est que, même si quelque chose les dérange à titre personnel, chacun-e est libre de ship ce qu’iel veut.

Voilà les deux camps qui se sont dessinés au fur et à mesure que ce débat a pris de l’ampleur ces dernières années.

Et au début, sans trop y réfléchir et sans vraiment se pencher sur les arguments avancés, on peut trouver les opinions des antis raisonnables. Je pense qu’on est nombreux-ses à penser que « l’inceste, c’est mal » et à être mal à l’aise avec des contenus qui mettent en scène des dynamiques qu’on condamnerait dans la vraie vie. Certaines inquiétudes des antis pourraient, après tout, être justifiées et partagées par une majorité : est-ce que la fiction peut normaliser, désensibiliser, romancer et glamouriser des choses sordides, voire illégales ? est-ce que certaines oeuvres sont dangereuses car susceptibles de réveiller certains traumatismes ? est-ce que, si exposé-e-s trop jeunes à certains types de contenus, on risque d’en garder des séquelles ? Après tout, il n’est pas inintéressant de se poser des questions sur ce qu’on consomme, de prendre du recul sur ce qu’on regarde et ce qu’on lit, et de se demander quel impact la fiction peut avoir.

Et derrière les revendications des antis, je veux bien croire qu’il y a souvent de bonnes intentions et de réelles préoccupations. Le problème, c’est qu’à vouloir trop bien faire, on voit le mal partout, et le désir de justice se transforme souvent en désir de se sentir moralement supérieur-e et de contrôler les autres.

On voit donc de plus en plus d’accusations très graves à l’encontre de personnes qui ont le malheur de ship les mauvais personnages de Genshin Impact ou de partager un fanart un peu trop osé de Haikyuu!!. On les traite de pédophiles, on leur reproche de faire l’apologie du viol,… et on équivaut donc le fait de créer ou partager ce type de contenu (mettant en scène des personnages fictifs) à de vrais crimes impliquant des personnes réelles parce qu’on part du principe que « la fiction influence la réalité ». Et si on part de ce principe, et qu’on a la réelle conviction que ces personnes nuisent à la société, on trouve alors légitime de les menacer de mort et d’organiser des campagnes de harcèlement contre elles.

Ici, on a le cas d’un-e artiste poussé-e à bout pour des fanarts Jojo jugés comme étant à caractère pédophile. (Janvier 2020)

Exemple de discours tenu par les antis. (Octobre 2020)

Donc même si, a priori, beaucoup auraient été susceptibles d’être, dans une certaine mesure, d’accord avec les antis, nombre de personnes se rangent du côté des pro-shippers après avoir constaté les proportions que prenait le débat : non seulement, on peut s’accorder à dire que « ça va trop loin » à partir du moment où quelqu’un se fait harceler en masse pour un pauvre dessin, mais on se rend aussi compte que, à force de brouiller la frontière entre la réalité et la fiction, les arguements deviennent de plus en plus absurdes.

Et ci-dessous, vous avez la dernière hot take en date (avril 2021) qui fait le tour de Twitter et qui ne fait que décridibiliser un peu plus la cause des antis.

Et j’ai l’impression que si de plus en plus de gens qui, à une époque, avaient des discours similaires quant aux ships incestueux ou avec une différence d’âge trop importante (moi y compris), c’est aussi dû à un ras-le-bol de sans cesse se remettre en question et s’auto-flageller pour possiblement aimer et/ou produire du contenu perçu comme « problématique » alors que, au fond, ça ne blesse personne. Au bout d’un moment, on se rend bien compte que c’est ridicule, que le danger pour la société, ce n’est pas une jeune adulte sur internet qui dessine des fanarts d’anime, et on arrête d’avoir peur des représailles d’une minorité.

Autour de mai 2020, un hashtag visant à soutenir les anciens « antis » a même vu le jour sur Twitter et même si, personnellement, je trouve exagéré d’apparenter le phénomène anti à une secte et estime que c’est même carrément indécent de parler de « traumatisme » quand on fait référence au fait d’avoir, pendant un temps, traîné dans des cercles peu tolérants voire virulents en matière de shipping, certains messages étaient plein de bons sens…

…et d’autres, révélateurs.

On en arrive aussi à un point où même les antagonistes d’une histoire sont considérés comme « problématiques ». Encore une fois, la frontière entre le réel et le fictif est floue et il est de plus en plus fréquemment insinué qu’apprécier un antagoniste veut forcément dire qu’on cautionnerait ses actions dans la vraie vie… Une notion, encore une fois, pour le moins absurde. Depuis toujours, les oeuvres de fiction, peu importe le genre auquel elles appartiennent, contiennent des antagonistes, qui sont là pour rendre l’histoire un peu plus palipante en créant des enjeux, des tensions, des rivalités,… Et souvent, ce sont des personnages charismatiques, nuancés, intéressants, et ils sont souvent écrits de manière à ce qu’on les aime, pas forcément en tant que personne mais en tant que personnage dont on reconnait la qualité de l’écriture.

Personne ne prétend que le Joker mérite le prix Nobel de la paix et pourtant c’est un personnage emblématique avec une énorme fanbase et pas plus tard qu’en 2019, on produisait encore des oeuvres visant à l’humaniser et à expliquer ses actions sans pour autant les justifier. Tout le monde sait que Moriarty est « méchant » mais est aussi d’accord pour dire que les Sherlock Holmes ne serait pas pareil sans lui. Bien sûr que Maléfique est sans l’ombre d’un doute la méchante de l’histoire mais il n’empêche que c’est un personnage charismatique et intéressant à explorer, au point que des années après la sortie de la Belle au bois dormant, on juge pertinent de sortir un film de son point de vue. Il y a même toute une série consacrée à Hannibal Lecter, qui a donné envie à toute une génération de se le taper, et pourtant le mec est un cannibal !

Bref, vous avez compris. Cependant… les discours d’antis se voient maintenant aussi appliqués aux antagonistes et autres personnages moralement discutables et, résultat, on n’est plus à l’abris d’être accusé de faire l’apologie de la pédophilie ou autre joyeuseutés si on aime certains personnages. On l’a par exemple vu très récemment avec Sk8 the Infinity et le personnage d’Adam, que nombre de spectacteur-ices souhaitaient voir finir en prison alors même que son écriture s’orientait clairement vers la rédemption.

En résumé, je pense que tous ces exemples montrent les dérivés d’un mouvement qui partait peut-être d’une bonne intention mais qui tente de moraliser la fiction et les fandoms quand ça n’a tout bonnement pas lieu d’être. Et assister à tout ça, ça fait relativiser. Des choses qu’on trouvait graves avant, comme par exemple un ship incestueux, paraissent maintenant dérisoires. Peut-être qu’on est toujours pas fan de l’idée, certes!, mais ce n’est jamais rien de plus qu’un dessin et ce que ship les autres ne nous regarde finalement pas. « On », c’est moi. Mais c’est aussi, tous les jours, de nouvelles personnes !

Mais ça ne veut bien sûr pas dire que les personnes se revendiquant « pro-ship » n’ont aucun tort.

Plus le débat évolue, plus il se transforme en une opposition entre « mineur-e-s » et « adultes » qui est, ma foi, très bizarre puisque le sujet concerne tout le monde dans la mesure où n’importe qui peut être dérangé par certains contenus à caractère pornographiques et où certaines personnes n’attendent pas d’être majeures pour dessiner des fesses, mais bon… Les antis se sont mis en tête que leur combat était de « protéger les enfants », et les enfants en question (qui parfois ne sont plus tellement des enfants et sont à quelques mois de la majorité) se pensent légitimes à dicter aux « grandes personnes » ce qu’elles ont le droit de poster ou non sur les réseaux sociaux.

Autant dire que ça a instauré un climat encore plus pesant dans les fandoms. Et si je trouve ça gonflé, je trouve aussi que c’est glauque de voir de plus en plus d’adultes « narguer » volontairement les antis et/ou les personnes mineures à la moindre occasion. Il suffit de taper « just to piss off fancops » (et ses variations) sur Twitter pour voir que les gens passent trop de temps à réfléchir à ce qui pourrait énerver des gens qui sont déjà bien assez énervés comme ça.

Les exemples ne manquent pas.

Ce tweet-là fait référence aux fanarts NSFW de Méli et Mélo d’Animal Crossing.

Je comprends ce qui pousse à ce genre de comportements mais c’est immature et ça ne règle aucun problème. C’est à nous de se remettre en question quand on en vient à dire qu’on veut imposer du contenu NSFW à des mineur-e-s.

Surtout que certain-e-s ont l’air vraiment jeunes et font plus de peine qu’autre chose ; ce n’est pas sain de se torturer par rapport à des personnages fictifs et de toujours avoir peur d’aimer quelque chose de « grave » ou de suivre des « mauvaises » personnes, de toujours être dans la crainte de faire quelque chose « d’illégal » malgré soi…

Exemple d’une personne qui est dans tous ses états après s’être fait harcelée pour avoir partager un fanart érotique d’un personnage de My Hero Academia. Dans les tweets précédents, elle explique qu’elle suit la licence depuis ses 15 ans et qu’elle ne s’était pas rendue compte que, à partir du moment où elle avait eu 18 ans, c’était mal de toujours être attirée par ces personnages.
En ce moment, la conversation ci-dessus tourne beaucoup et tout le monde s’en moque, ce que je peux comprendre!, parce que c’est tellement ridicule qu’on se dit que c’est forcément du second degré… Mais si c’est réel (et on sait que même si ce n’est pas le cas ici, on voit des raisonnements similaires partout), c’est plus triste qu’autre chose… Etre dans un fandom, ship des personnages, c’est censé être fun ! C’est dommage de se prendre la tête pour des écarts d’âge qui ne sont de toute façon pas réalistes.

Leurs comportements ne poussent pas vraiment à la compassion, certes, mais ça ne sert à rien d’en rajouter une couche.

Tout ça pour dire que l’ambiance dans les fandoms en a pris un sacré coup. C’est drôle de se dire que toutes ces questions ne se posent même pas en dehors desdits fandoms et quelqu’un qui est complètement coupé-e de la culture internet, qui n’est pas investi-e dans l’une ou l’autre oeuvre de fiction, serait sans doute bien perplexe en y étant confronté-e. Mais ! Le fait est que, à partir du moment où on est dans ces cercles-là, impossible d’y échapper et ça peut complètement dégoûter d’une oeuvre et/ou de sa communauté alors qu’une grande partie du fun quand on aime quelque chose, c’est de pouvoir échanger avec les autres. Là, on a presque envie de rester dans son coin.

Mais… cela ne m’empêche pas de vouloir continuer à faire vivre encore un peu le débat en vous demander ce que vous en pensez ! De quel côté de l’argument vous trouvez-vous ? Est-ce que votre expérience du fandom a été impactée par ces débats ? Je suis curieuse de savoir où vous vous positionnez par rapport à tout ça et, plus que tout, j’aimerais en discuter. Alors n’hésitez pas, dites-moi tout !


Et comme ce n’est qu’une partie de l’iceberg, j’espère vous retrouver dans un futur plus ou moins proche pour explorer d’autres aspects du débat, et notamment m’intéresser à une autre « proie » des antis : les « fujoshi ». Ce serait l’occasion de discuter de BL, des communautés qui se sont formées autour, et peut-être même de revenir sur certains de mes propos.

En attendant, je vous remercie d’avoir pris le temps de lire cet article, article que j’ai pu rendre plus complet grâce aux screenshots de @AntiFandomTakes et aux Google Docs de @lizcourserants.

Vous pourriez également aimer...

8 commentaires

  1. M. a dit :

    C’était super intéressant comme article, j’ai hâte de lire les autres sous cette rubrique ! Personnellement, je préfère me tenir éloignée de toutes ces choses pour ne pas trop me fatiguer mentalement. je comprends parfaitement les deux partis, mais comme dit dans l’article, certaines sont réactions ne sont tous simplement pas appropriées. Sans le vouloir, les antis, qui veulent défendre quelque chose qu’ils jugent juste et pour dénoncer quelque chose de « problématique », deviennent à leur tour problématique sans vraiment s’en rendre compte. Il y a eu toute une histoire qui continue encore un peu avec le fandom de Osomatsu-san (et là tu dois voir qui je suis, hein xD) et ça devenait anxiogène au bout d’un moment.

    Je pense que nous n’avons pas tous la même sensibilité, et certain sont plus vite trigger que d’autres quand il s’agit de voir, et de parler de certain sujet. Je sais que parfois, les artistes NSFW ne pensent pas à mettre des TW quand ils postent leur art. D’un côté, ils l’annoncent souvent sur le profil à quoi s’attendre, mais quand quelqu’un RT une oeuvre (dessin ou écrit), ça se partage vite, et n’importe qui peut tomber dessus.
    Parfois, j’aimerais que les artistes prennent en compte l’importance des TW parce que personnellement, je ne suis jamais à l’aise de voir des scènes de viol sur ma TL. Mais encore une fois, aller jusqu’aux menaces et à la violence, c’est vraiment horrible. Personnellement, je sais qu’une personne qui adore un personnage dit « problématique » ne l’est pas pour autant. On peut apprécier un personnage pour son écriture, son évolution, ou même sa façon de voir les choses sans pour autant être d’accord et cautionner ses actes et ses propos. Si nous aimions à chaque fois les mêmes personnages, ce ne serait plus drôle du tout en mon sens.

    Bref, ce que je dis est bordélique et peut être pas pertinent xD Mais voilà !

    1. C’est très pertinent, au contraire ! Et je vois tout à fait ce que tu veux dire en plus ; moi-même, je me tiens le plus possible à l’écart de ces débats (avec une exception pour cet article, évidemment) parce que c’est épuisant… beaucoup d’énergie et de frustration pour des problèmes qui disparaissent aussi tôt que tu fermes l’onglet Twitter.
      Curieuse de savoir ce qui se passe dans le fandom d’Osomatsu ! J’imagine qu’on doit pas s’ennuyer vu que les ships principaux sont… entre les sextuplés…
      Et ce que tu dis pour les TW est bien vrai ; je trouve que de manière générale, même quand les artistes font l’effort, ce n’est pas toujours pratique avec Twitter et on a beau filtrer, on se retrouve quand même avec des trucs qu’on aurait préféré ne pas voir sur notre TL.
      En tout cas, merci d’avoir pris le temps de laisser un avis, ça me fait super plaisir de te voir par ici (car bien sûuuur, je sais qui tu es!) et de pouvoir en discuter avec toi !

  2. Tama a dit :

    Super cool comme article !! Tu abordes tous les aspects de cette nouvelle « culture de l’extrême » et ça prouve vraiment à quel point tout ça est ridicule…
    Perso, j’ai l’impression qu’il y a une nouvelle tendance, qui semble générationnelle, à humaniser les personnages de fiction au point de les considérer comme réels. Comme si le fait que tu aies des sentiments, qu’ils soient positifs ou négatifs, rendent les persos réels. Est-ce que ce serait ça qui ferait les antis penser que la fiction affecte la réalité ?
    Une autre chose qui me fait me poser des questions… j’ai la sensation que le rapport au contenu nsfw et au sexe a beaucoup changé depuis « mon époque » 👵 je me rappelle qu’entre mes 13 et 17 ans je cherchais des fanarts de cul, je lisais le jeu du chat et de la souris et j’écrivais des fanfics de persos mineurs avec du viol. Je ne sais pas si c’est parce que le porno est devenu beaucoup plus accessible, mais on dirait que les mineurs de maintenant veulent conserver une pureté immaculée, ou du moins s’en donner l’air. Ils sont constamment à se plaindre des adultes et de leurs contenus dans les fandom spaces comme si nulle part n’était safe. Mais de toute façon internet n’est pas safe tout court !
    En fait, j’ai l’impression que le problème se situe à l’echelle sociétale et que les enfants essaient de devenir des adultes trop rapidement (sauf en matière de sexe visiblement ?). Ils veulent s’approprier des sujets et des problématiques qu’ils n’ont pas encore la capacité d’appréhender dans leur globalité. La société les pousse à être des mini adultes, et ils finissent par agir comme tels, mais avec une capacité d’analyse et de recul pas encore développée.
    Désolée je m’éparpille un peu, mais tout ça pour dire que je consommais du contenu problématique en tant qu’ado et que ça n’a pas fait de moi une personne dangereuse à ce jour. J’ai cependant bien eu une période (quand ce discours a commencé à se répandre il y a environ 5 ans ?) de guilt trip très intense. J’étais persuadée d’être une mauvaise personne, d’avoir des pensées immorales, parce que je kiffais des scénarios fictifs avec des persos fictifs. En public, je pointais du doigt les gens qui osaient assumer et me demandais ce qui clochait chez eux, puis le soir avant de me coucher je me retrouvais à écumer myreadingmanga et lire des doujin de Free! où ils sont censés avoir 13 ans… et je m’en sentais coupable !! Je me disais « moi aussi je suis une freak, j’ai des problèmes psy… ». Jusqu’à ce que j’arrive à me libérer de ça, en prenant conscience que je suis qqun qui a des principes et un vrai sens de la justice dans le monde réel.

    Voilà voilà… je pense que j’ai fini mon pavé 😂 je suis désolée mdrrr mais j’ai peu d’occasions de vider mon sac à ce sujet !
    C’était super intéressant, et j’ai hâte au prochain sujet, car je me sens concernée aussi et j’ai vécu une expérience similaire à celle-ci, mais par rapport au BL du coup ! Bisouuus 😘😘

    1. Merci !!! et quel plaisirrrr de te voir ici !
      Je me fais aussi souvent cette remarque et j’y avais presque consacré un paragraphe : quand j’étais jeune, tout comme toi, j’allais activement rechercher LE CUL et ça fait partie intégrante de la puberté je pense. C’est vraiment pas sain d’agir comme si c’était immoral de créer et consommer ce genre de contenu. Mais pour reprendre tes termes, iels s’en « donnent l’air » plus qu’autre chose je pense, je refuse de croire qu’iels cliquent sur « Non » sur les sites qui demandent si on a bien plus de 18 ans… et comme je l’ai mentionné dans l’article, parfois, c’est des personnes mineures qui dessinnent et écrivent des cochonneries, et c’est pas grave, c’est pas interdit (la puberté! encore une fois!). Après, bien sûr, il y a le risque d’être exposé à des choses douteuses mais comme tu l’as, encore une fois, souligné, internet n’est malheureusement pas safe, et je pense sincèrement que c’est pas meufs dans la vingtaine qui écrivent du smut qui sont le plus gros danger.
      Par contre, j’avoue ne jamais avoir eu de période de grosse remise en question où j’avais l’impression d’être « malade » mais je connais des gens qui sont encore en plein dedans! ou qui osent pas toujours écrire ou faire ce qu’iels veulent parce que ça les bloque. Et si j’ai pas eu cette période-là bah j’ai quand même eu ma phase moralisatrice où je condamnait les ships « problématiques »… (j’étais chiante !). Je me dis que c’est aussi peut-être avec l’âge qu’au bout d’un moment, on arrête de s’embêter avec tout ça… Et comme tu l’as si bien résumé, ce qui compte, c’est d’avoir des principes dans la vie réelle. Et ça commence par ne pas harceler, doxxer, outer et menacer des inconnu-es sur internet.

      En tout cas, ne t’excuse pas, je te remercie pour ton « pavé », moi ça me fait plaisir d’échanger avec toi sur ce sujet ! Savoir que tu seras au rendez-vous pour le prochain me motive à m’y mettre ASAP !

  3. Misté a dit :

    Grave intéressant, et j’ai hâte de voir la suite de cette série d’articles du coup !!! 😀

    Perso, comme vous deux plus haut : je m’en tiens globalement à l’écart (j’ai même pas twitwi XD ) parce que vlà la dépense d’énergie à propos d’un sujet où de toute façon, personne n’a l’air de s’écouter, et où moi j’y réfléchis de loin dans mon coin :’D

    Je pense que globalement, c’est comme tout, les extrêmes dans un sens comme dans l’autre ça craint toujours, et y a sans doute un juste milieu à trouver :/
    J’ai un ami qui a pour solution « je déteste tel contenu/tel truc me trigger/telle personne me plait pas du tout dans son ambiance » : il s’arrange pour plus voir le contenu, explique clairement que c’est quelque chose/quelqu’un qu’il aime pas du tout genre cey mort et pourquoi, et éventuellement si il semble que la personne craint vraiment, il prévient en mode « faites attention à vous parce que blablabla ». Ça me semble un bon équilibre :O

    Ce que je peux dire avec le recul que j’ai maintenant, c’est que quand j’étais ado jusqu’à mes 20 ans environ, j’ai dessiné/dit certains trucs qui auraient tellement pas pu passer maintenant, et pareil pour mes ami-es, mais à l’époque c’était pas un soucis donc on a pu « explorer » tout ça tranquillement et… tant mieux en fait ?
    Dans le sens où on a pu se réapproprier toutes ces choses (en ce qui me concerne, le genre et le deuil/la mort donc ça va encore, c’est pas les trucs où tu te fais le plus crâmer :’D ) et petit à petit s’en remettre via nos créations, justement.
    Acquérir au fil du temps un recul sur tout ça et pouvoir regarder ces trucs des années plus tard et cringer (oh ça oui XD ) mais au moins se dire : « bon, maintenant je m’en suis remis-e, et surtout je SAIS que c’est de la merde :’D « .
    Mais justement, explorer tout ça c’est bien, mais au bout d’un moment c’est important aussi d’essayer d’avoir d’autres points de vue dessus, se demander pourquoi c’est là, si c’est vraiment ce qu’on veut ou quoi… mais on devrait pouvoir le faire à son rythme :V

    … eeettt d’un autre côté, je comprends aussi qu’on puisse en avoir marre de voir à quel point ce genre de contenu est répandu et normalisé/romantisé, et de s’en prendre facilement dans la tronche même en faisant de son mieux pour les éviter (merci les réseaux qui permettent pas une filtration au top ou même s’en battent la rate, eeet que certains gens en ont rien à foutre de taguer un MINIMUM correctement), et qu’ on se retrouve alors avec une jauge de tolérance à zéro, quoi u_u

    Au final, dans le lot des « anti » (tu m’apprends le terme XD ) j’ai l’impression qu’y a probablement des personnes qui se laissent porter par le flot (sob) et d’autres qui sont sans aucun doute tout aussi concernées par les sujets incriminés que celles qui les reproduisent… et du coup c’est triste que chacun-e laisse pas les autres gérer ses trauma à sa façon en fait :/ C’est pas parce que certaines personnes font tout pour l’éviter que c’est le fonctionnement de tout le monde (et inversement).

    Donc ouais, pas sûr que ça vaille le coup d’aller crâmer des jeunes artistes sur twitwi ou autres pour autant, c’est pas elleux le vrai problème, souvent iels sont juste hyper paumé-es comme je disais plus haut (moi je me rappelle bien l’avoir été en tout cas C’: ). Surtout vu les proportions que ça prend derrière. Qui on est pour juger si impartialement les actions d’autres ? Tes propres actions sont donc si irréprochables sur quelque point que ce soit ?
    Pis l’effet de groupe est vite terrifiant niveau retournement de cerveau, et au fond j’ai l’impression qu’y a pas mal de personnes qui prennent même pas le temps de se poser pour savoir ce qu’elles pensent réellement de tout ça. J’ai le même souci avec l’ambiance LGBT+ ces dernières années où ça se tire mutuellement dans les pattes au lieu de s’allier pour lutter contre les vrais soucis, sob :’B

    Et je crois que ça devient hyper décousu/je me répète (mais il est 2h10 voilà 😀 )
    En tout cas c’est un vaaaaste sujet, j’aime beaucoup ton article qui me semble bien tout résumer clairement, je trouve que les intentions de base sont bonnes mais clairement pas dirigées vers les bonnes personnes et motivations, et enfin je te souhaite une bonne semaine !

    (ça doit être un de ces pavés mon texte… mais il me semblait que t’aimes bien ? J’espère XD )

    1. Merci beaucoup !!

      Honnêtement, je suis dubitative parce qu’on a tous et toutes une définition différente d’une « personne qui craint » j’ai l’impression, et quand il s’agit de juste faire des dessins dans son coin, je ne sais pas si ça mérite un call out sur la place publique. A moins que la personne commette vraiment un crime (de type abus sur mineur), je pense que la meilleure réaction à un contenu qu’on aime pas, c’est juste de l’ignorer et/ou de bloquer.

      Tant mieux, je suis d’accord ! C’est justement parce que c’est fictif qu’il n’y a pas de mal à explorer certains thèmes, peu importe sur quel ton. Ou du moins, c’est mon avis. Mais je pense que la fiction sert aussi à ça. Après, évidemment, en revoyant certains trucs, on grince des dents, mais plus parce que c’est des créations d’ado edgy, pas parce que c’est immoral et que ça mérite la prison quoi !

      Mais d’accord pour dire que le filtrage sur certaines plateformes a de vrais problèmes, c’est compliqué d’éviter certains contenus. Pour ce qui est de les « normaliser » et/ou les « romantiser », de plus en plus de personnes se demandent s’ils ne sont pas un peu utilisés à tort et à travers et si c’est vraiment approprié pour des fanarts. Là encore, je comprends les deux points de vue.

      Aussi d’accord pour ce qui est des traumatismes. C’est tellement personnel, ça ne devrait pas être presque politisé comme ça le devient dans ce genre de débats. On ne devrait pas arriver à un stade où on se sent obligé de raconter des détails aussi perso de sa vie pour justifier d’aimer ou de ne pas aimer certaines choses…

      Et oui, clairement, ce n’est pas des jeunes artistes sur Twitter qui sont la prioriété en matière de lutte contre la pédopornographie. Et ces gens-là ne sont même pas forcément « paumé-es », je pense qu’on peut dessiner des trucs « dérangeants » en toute connaissance de cause quand on fait la distinction entre fiction et réalité et qu’on a envie de dessiner autre chose que du fluff (ça se comprend). Comme tu le dis, il faut vraiment se penser irréprochable pour se permettre de faire la justice sur les réseaux comme ça…
      Haha comparaison à laquelle je n’aurais pas pensé… mais pertinente. J’ai l’impression que c’est un peu dans ces mêmes cercles qu’on voit souvent des débats un peu stériles comme ça (qui a le droit de dire quelle injure homophobe, débat bi lesbienne, débat bi pan, etc etc).

      Merci beaucoup pour ton commentaire en tout cas ! Tu me connais bien : bien sûr que j’aime les pavés ! C’est un plaisir d’avoir pu lire ton avis à ce sujet !

  4. Sherly a dit :

    Je commente pas souvent, mais là je pense avoir des choses plus ou moins intéressante à dire.

    De mon expérience personnel, les anti ont apporter plus de problème qu’autre choses. Quand tu te mets sous le nom « anti » à moi, ça veut déjà dire ce que ça veut dire… C’est un mot déjà très fort, plein de haine (justifier ou non). Entre une artiste qui avait reçu des aiguilles dans des cookies qu’on lui avait offert, d’autres tentatives de suicides parce que leur dernier endroit safe pour eux ne l’était plus ou encore carrément officiellement un message pour dire d’arrêter de signaler de la pédophilie pour des images parce que ça ralentissait le travaille de la police à sauver de *vrai* enfants… Je ne peux pas être en accord avec eux.

    De l’autre côtés, je ne suis pas plus pro-shipper non plus, par moment ils racontent des énormité hallucinantes et y’a des choses pour lesquelles je ne suis pas d’accord. (aka l’inceste par exemple), où ils justifient tout même quand ça va trop loin par moment et on se retrouve sans plus de nuance entre « la fiction affecte la réalité » et « la fiction n’affecte pas la réalité ». C’est pourquoi je ne peux vraiment pas me ranger dans les deux camps, même si inévitablement je n’ai pas de problème avec les pro-shippers puisque ironiquement ceux qu’on condamne sont ceux qui n’affecte pas ma vie du tout. Donc difficile de parler d’eux plus que ça de mon côté.

    Comme je te l’ai dis sur twitter, j’en suis à un point où je ne suis qu’avec les shippers comme moi et partage, rt, like… tout le contenue qu’on peut produire et ce, depuis l’époque de Yuri on Ice. Parce que oui, je ne sais pas si tu te rappelles, mais je m’étais fait harcelé pour Otabek et Yuri (et je ne vais pas m’étendre pourquoi c’est ridicule sinon j’en finirais pas), ils se sont mis d’accord pour harceler le tag sur tumblr de spam/flood pour qu’on ne puisse pas voir le contenue et puis se sont plaint de s’être fait ban pour ça. Il y avait toujours des messages de haine sur comment on pouvait aller mourir etc… Ma pire soirée, et je ne l’oublierais jamais, et quand mon arrière-grand-mère est tombée au sol, la tête en sang à 4h du matin… Elle est partie à l’hôpital et j’ai dû rester à la maison, bien évidemment je n’allais pas dormir alors j’ai voulu aller me calmer dans un truc qui me faisait du bien; Otabek et Yuri. Conclusion je ne trouvais que des messages horribles alors que j’essayais de calmer mes peurs pour un membre de ma famille. (Elle va bien aujourd’hui tho) C’est là où j’ai commencé et appris à bloquer des choses.

    Je déteste à quel point on est aujourd’hui où même des ship inoffensif sont considéré « problématique » pour x raison. Où juste ne pas aimer un ship suffit pour qu’ils trouvent une raison absolument à ce que ça soit « problématique » et pas « bon ». Comme si juste ne pas aimer un ship et bloquer/ne pas s’immiscer dans le plaisir des autres, était un problème. Comme si tout devait être parfait. Même une simple dispute entre personnages pourrait suffire à ne plus être bon. De la même façon que quand on parle de Enemie to lovers et que des gens s’outre que l’antagoniste fasse quelque chose de mal? C’est le point en fait. Ne pas aimer est tout a fait ok, mais se révolter contre ça? C’est le genre de dynamique qu’on peut seulement explorer en fiction justement parce que ça ne fait de mal à personne. Un autre point aussi est comment tout le monde parle (surtout les mineurs) à propos de leur traumatismes ou donne trop d’information personnel pour savoir si l’autre est « safe » ou pas. C’est très dangereux… Même terrifiant pour eux je trouve.
    Et même si je voulais très honnêtement être de l’autre côté de la barrière, j’ai un passif qui fait que ça serait hypocrite de ma part. Parfois t’es jeunes, tu ship quelques choses qui devrait être horrible irl, mais… ça ne fait rien du tout. Il y a tout une époque dans FMA où Edward (15/18yo) x Roy (29/30yo) était un de plus gros ship du fandom, c’était quelque chose de très populaire. Et je faisais partit des shippers, je lisais beaucoup de doujinshi, je redesinnais même des fanart! Depuis j’ai grandis, l’age gap ici qui est réel me dérange mais je bloque et c’est fini. Je consume ce que j’ai envie de voir. Et c’est un peu tout le principe d’internet, particulièrement aujourd’hui quand on peut bloquer tout ce qu’on déteste. J’ai une amie qui se considère anti, et si elle avait su ça avant de me parler alors que c’est loin derrière moi, je suis pratiquement sûre qu’elle m’aurait évitée parce que j’aurai été catégoriser de pédophile, de personne problématique à éviter… Pourtant on s’adore, on est pas toujours d’accord et c’est normal, mais on s’amusent bien!

    Ce que je veux dire, c’est que parce que je faisais partie de ce genre de jeune de 15-16 ans à aimer des trucs « problématique » je sais parfaitement qu’ils sont très loin d’être des monstres, pédophile ou de mériter de mourir… Ils voient deux personnages, les aimes ensembles et s’amusent c’est aussi simple que ça. Parfois on grandit et nos point de vues évolues.

    Je sais que le discourd dans Genshin Impact existe, mais je suis détaché de ça maintenant et c’est beaucoup plus agréable. Je m’amuse et j’essaye de récupérer juste ce côté là, partager et être heureuse de le faire tous ensembles. Même si c’est dommages à présent qu’il faut se couper d’une partie du fandom, voir même carrément détester tout le fandom entier et ne plus participer du tout. Puis, pour quelqu’un comme moi dont le plus grand OTP reste Moriarty et Moran, qui est très loin de leur relation « parfaite » et où ils pensent que je rêve d’avoir une telle relation (oui, oui) alors que j’adore juste la dynamique entre deux antagonistes, je sais que de toute façon on ne pourra jamais s’entendre.

    1. Réponse un peu tardive, désolée, très prise par les cours ces derniers temps ! mais je te remercie d’avoir pris le temps de passer et de partager ton ressenti !

      Je me souviens de cette histoire d’anguille ! C’était pas par rapport à un ship de Voltron ? C’est terrible d’en arriver là, surtout l’aiguille, je pense que ça constitue un crime… comment on peut penser faire justice en commettant des actes pareils ?
      C’est pour ça que je me reconnais quand même plus dans un camp que dans l’autre. En fait, on ne peut pas toujours être d’accord sur tout, et là en l’occurrence, moi non plus, y’a plein de choses avec lesquelles je ne suis pas forcément d’accord du côté des pro-shippers, mais en attendant, on se rejoint sur les points les plus importants (harceler quelqu’un pour un dessin, c’est mal), et c’est celles et ceux qui me foutent la paix. Et dans le lot, j’imagine bien qu’il y a des gens qui ne cautionnent pas tout. Moi par exemple. J’imagine que même si je ne me revendique pas pro-shipper, certains de mes propos suffiraient à me faire qualifier de tel.

      C’est vrai !!!! Je me souviens de ça ! Yuri on Ice… ça paraît si lointain tout ça. Mais oui, maintenant que tu le dis… c’est vrai que déjà à cette époque, ça partait dans tous les sens pour une relation qui n’avait et ne montrait absolument rien de malsain… Vraiment désolée que tu aies eu à subir ça. Et contente de savoir que ta grand-mère va mieux maintenant !

      Et oui, exactement. C’est traité comme des vraies relations (où pourtant, là aussi, il y a parfois des disputes ! et ce n’est pas pour autant que la relation devient toxique). On dirait qu’une histoire ne peut plus avoir de conflit.

      C’est quand même « drôle » que des jeunes se fassent traiter de pédophiles… En tout cas, je suis d’accord avec tout ce que tu dis. Moi-même, j’ai aimé des ships et même des oeuvres discutables, mais je crois que je n’ai pas trop mal tourné haha.

      Comme tu dis, c’est vraiment dommage. Par manque de temps, je m’investis de toute façon moins dans les communautés des anime et des jeux que j’aime, mais quand tu vois l’ambiaaaance, ça donne pas envie de l’effort.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *