Otome Game

Otome game R18 ?! Fashioning Little Miss Lonesome.

On a déjà vu bien des choses… BL game ? Check. Yuri ? Check. BL game pour mecs hétéros ? Aussi improbable que ça puisse paraître… check.  Et aujourd’hui, on s’attaque à une nouvelle curiosité: un otome game érotique ! Bien qu’ici, érotique soit un euphémisme… Il s’appelle Bocchi Busume x Produce -Keikaku-, renommé « Fashioning Little Miss Lonesome » par MangaGamer.

MangaGamer qui, il est vrai, nous sort des eroge à toutes les sauces, mais on n’avait encore jamais vu d’équivalent pour un public féminin. Après, on peut aussi se demander s’il y a vraiment une demande pour ce genre de trucs… Je ne dis pas que les femmes ne peuvent pas être amatrices de contenu R18, au contraire, elles en produisent même pas mal, mais là en l’occurrence, on est dans un cas assez similaire à celui d’Omiai Aite wa Oshiego, Tsuyokina, Mondaiji., anime diffusé cet automne. Le titre s’adresse, de base, à un public féminin, mais ce sont des hommes qu’on retrouve aux commandes, et le résultant n’est, finalement, pas bien différent d’un hentai.

Bocchi Musume, tout en étant un niveau au-dessus, est quand même dans la même veine. Pourtant, ses développeurs, Kalmia8, se spécialisent dans l’otome game pour adultes, mais… je soupçonne le staff d’être composé majoritairement d’hommes. Information à vérifier mais les scénaristes et graphistes ont l’air d’avoir travaillé sur beaucoup d’eroge (pour hommes, évidemment) avant d’être chez Kalmia8.

Bref, je vais abréger parce que tout ceci ne vous dit pas grand chose sur le jeu en lui-même, mais c’est toujours important de savoir qui est derrière. On va de toute façon avoir l’occasion d’en reparler, mais en attendant…

55d5b641-5d46-4fe9-bfbb-1c0021de3f72

Nous incarnons Tachibana Ema, une hikikomori qui ne sort de chez elle que pour faire acte de présence en classe. Ses 1m75 lui ont toujours valu beaucoup de moqueries, et son aura sinistre ne la rend pas très approchable. Elle s’est résignée à mener une vie de solitaire, elle veut juste être tranquille et ne pas trop attirer l’attention et… et ça tombe mal pour elle, parce que ~deux des garçons les plus séduisants du lycée~ se sont mis en tête de faire d’elle un mannequin.

D’un côté, nous avons donc Miki, un couturier amateur dont Ema est la « muse », et son meilleur ami, Saito, bien décidé à faire coopérer notre héroïne même s’il doit utiliser la force.

(Alors que j’écris ces lignes, je réalise que leurs prénoms commencent par « S » et « M », ce qui est rigolo compte tenu du fait qu’ils sont censés respectivement être sadique et masochiste. Finalement, ces traits ne ressortent pas plus que ça, mais ils sont quand même deux opposés dans le sens où Miki est très mielleux et collant, tandis que Saito est plus agressif et « tsundere ».)

Le jeu a donc seulement deux routes (qui ont chacune deux fins), mais, à côté de ça, on a énormément de « bad ends », et une route « ménage à trois » qui a, elle aussi, plusieurs fins possibles. Ce qui fait qu’en tout, on se retrouve avec 20 fins différentes ! Y’a de quoi faire !

bocchimusume5
Recherche de petits surnoms affectueux.

J’ai commencé avec Saito. Personnalité détestable au début, il s’adoucit au fur et à mesure qu’on apprend à le connaître et on se rend compte qu’il a le cœur sur la main. Un classique dont on ne se lasse pas !

Sa route avait quand même quelques problèmes d’écriture et, surtout, de rythme. Par exemple, la partie qui se déroule dans un butler café est, certes, bien rigolote, mais trop longue ! Et la première scène de sexe est si bizarrement amenée; elle s’intègre assez mal au reste, et faisait très « coup d’un soir »; ce qui n’est pas forcément mal, mais y’avait de bien meilleures occasions où ils auraient pu s’envoyer en l’air et où ça aurait eu l’air un peu plus naturel.

Au bout du compte, on est sur une fin ouverte, où on est même pas trop sûr de s’ils sont en couple ou pas.

Et je me suis dit… pourquoi pas. Après tout, le but premier ici n’est peut-être pas la romance.

Pourtant !!! A ma grande surprise, la route de Miki était beaucoup plus niaise et romantique. Même si la limite entre attendrissant et LOURD/collant est parfois très flou, il est, dans l’ensemble, bien mignon. Malheureusement, la relation amoureuse est moins crédible. Ema a l’air beaucoup moins investie que Miki, ce qui fait qu’on a parfois un peu de mal à croire en leur « histoire d’amour ».

bocchimusume7

C’est donc bien dommage: la relation qui avait le plus de potentiel n’avance pas autant que celle qui semble forcée.

Quant à l’histoire en elle-même, elle est correcte. Sa force réside plus dans l’humour de dans le scénario, finalement assez basique mais égayé par un tas de situations absurdes, des expressions faciales hilarantes et un humour très cru, adulte, où on n’a… pas peur de dire des gros mots, et de faire des allusions sexuelles. C’est quelque chose que je ne peux pas enlever à ce jeu: on rigole bien devant.

Les « bad ends » en particulier sont très amusantes ! Ce ne sont pas des « mauvaises fins » au sens où on l’entend d’habitude, personne n’y meurt et leurs tournures ne sont pas tragiques; au contraire, l’histoire va dans des directions complètement absurdes et tirées par les cheveux.

On a aussi la fameuse route « ménage à trois » qui est dans le même esprit. J’ai trouvé original qu’on ait l’option de finir avec les deux mecs à la fois, parce qu’après tout, pourquoi s’embêter à choisir quand on peut avoir the best of both worlds ? Je regrette juste qu’Ema y soit complètement out of character, au point d’être carrément flippante. Voyez par vous-même:

bocchimusume6 the WORST
Comment dire…

Si la musique est parfois prise de tête (comme, à tout hasard!!, la piste où on entend juste « shake your body now!! » en boucle) et le graphisme pas toujours au top (Saito a souffert sur bien trop de CG), il faut féliciter la traduction et le doublage, sans qui le jeu n’aurait pas été aussi drôle. Le jeu est très localisé, et tous les gags adaptés aux lecteurs anglophones; on ne perd rien de l’humour de la VO. Quant au doublage, il est excellent. On sent qu’ils se sont bien amusés durant certaines scènes. Ema a le privilège de faire partie du cercle restreint des héroïnes doublées, et sa voix colle totalement à sa personnalité et évolue au fur et à mesure qu’elle s’épanouit (par contre, elle change du tout au tout pendant les scènes de sexe, et devient la voix aiguë type de fille d’eroge).

bocchimusume1

Ceci étant dit, même en gardant à l’esprit que le jeu ne se prend pas au sérieux et fait beaucoup dans la parodie, y’a quand même deux/trois trucs qui ne m’ont pas plu, notamment le bodyshaming (qui a d’ailleurs beaucoup été critiqué, et à juste titre). Pendant toute une partie du jeu, Ema est forcée de faire un régime, et se prend bien des remarques violentes dans la gueule. Elle est pourtant très mince ?! Il y a même une des bad ends dont le gag est que « haha elle est obèse ! ». Je pense que ce genre de passages peuvent heurter la sensibilité de certains, et personnellement, je ne joue pas à ce genre de jeu pour me rappeler que la société exige des filles qu’on soit minces et épilées.

bocchimusume3
Y’a aussi ce running gag de « on prend Saito pour un gay alors qu’il est hétéro XPTDR » qui est de bien mauvais goût.

Et pour dire un mot sur les scènes de sexe, et c’est là qu’il est important de se rappeler qu’il y a des hommes derrière, elles sont pas mal répétitives (en plus d’être recyclées dans les side stories) et ne se concentre pas autant que je l’aurais espéré sur le plaisir d’Ema. Au moins, c’était « soft », et elle n’y est pas dégradée comme elle aurait pu l’être dans un truc pour mecs. J’ai d’ailleurs été bien surprise que tous les actes sexuels soient consentis, c’est triste à dire mais c’est rare… Ceci étant dit, ça avait quand même cette « vibe » d’eroge, autant dans l’écriture que sur le plan visuel.

Notons quand même qu’on peut, comme dans la plupart des eroge, « désactiver » les scènes de sexe, qui ne sont pas essentielles à l’histoire et n’en constituent qu’une infime partie. Mais en toute honnêteté, si c’est pas pour le cul, quel intérêt à acheter Bocchi Musume ? L’histoire est pas trop mal pour un jeu porno, mais est-ce qu’elle vaut vraiment le détour ? Même si le sexe n’est pas indispensable à l’histoire, c’est quand même l’intérêt de ce genre de jeu. Si on ne s’intéresse pas au contenu érotique, alors autant se tourner vers des jeux tous publics avec de bien meilleures histoires. D’autant plus que, comme on l’a déjà dit, la romance laisse à désirer.

bocchimusume2 juste une excuse pour les mettre dans des tenues légères, JE PRENDS

Résultat: je suis assez mitigée vis à vis de ce jeu. C’était fun, sans aucun doute, mais si je me suis penchée dessus, c’était surtout parce que j’étais curieuse de voir à quoi un eroge pour femme ressemblait, et sur cet aspect-là, je ne suis pas sûre d’avoir été satisfaite. Bocchi Musume n’était pas à la hauteur sur tous les points, mais c’est quand même un OVNI au milieu de tous les otome games actuellement localisés chez nous, donc je suis contente d’y avoir joué ne serait-ce que pour satisfaire ma curiosité (et pour les gémissements de Miki).

bocchimusume7
Si le jeu vous intéresse, il est à 24,95$ sur MangaGamer ! Une version « all ages » est disponible sur Steam (avec possibilité d’installer un patch avec les scènes R18).

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *