Preuve qu’on peut coller des beaux mecs partout.

Il y a deux mois, j’ai publié un article intitulé « On n’arrête pas le progrès »; j’y parlais de produits japonais cocasses, et j’expliquais qu’une technique de marketing qui marchait plutôt bien, c’était tout simplement de mettre un beau gosse sur l’emballage. Et je n’avais pas menti ! Déjà la dernière fois, je parlais de Silky …